Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

Photo: présidence du Faso

POLITIQUE

En présence des présidents Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, et Idriss Deby Itno, dont le pays était l’hôte de l’événement, les participants à la 1ère édition du Salon africain de l’Agriculture (SAFAGRI) qui s’est tenu du 12 au 15 mars 2019, ont souhaité que la manifestation soit institutionnalisée, sous l’égide de l’Union africaine.

Près de 40 pays ont pris part au salon, organisé par le gouvernement du Tchad, en collaboration avec le Comité permanent inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel, le CILSS. Ce sont au total 11 recommandations qui ont été adoptées par les participants, qui ont mandaté le CILSS, le ministre coordonateur du CILSS (NDLR: ministre de l’Agriculture du Burkina Faso) et le ministre en charge de l’Agriculture du Tchad, pour définir la feuille de route dans la perspective de faire de l’événement une manifestation continentale.

La dynamique que veut insuffler le salon est de booster les chaînes de valeurs dans le domaine de l’agriculture, afin de faire du secteur un moteur de croissance et de création d’emplois. 

Pour le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, par ailleurs président en exercice du CILSS, qui a prononcé le discours de clôture de l’événement, la transformation des chaînes de valeurs agro-sylvo pastorales et halieutiques africaines est aussi « un facteur de renforcement de la résilience de nos populations, face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Le Tchad, par la voix de son ministre des Mines, du Développement industriel, du Commerce et de la Promotion du secteur privé, s’engage à faire du SAFAGRI un lieu de rendez-vous continental, tandis que son homologue en charge de l’Agriculture, à la tribune de la cérémonie de clôture, a martelé que « le SAFAGRI est un bébé, dont le père est CILSS, et la mère...tchadienne ». 

A l’issue de la cérémonie de clôture, une visite des stands d’exposition par les deux chefs d’Etat leur a permis de découvrir un échantillon du potentiel agricole du Tchad. Rendez-vous a été pris pour 2020, toujours à N’Djamena, pour la deuxième édition.

Direction de la communication de la présidence du Faso.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé