Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

POLITIQUE

La première session ordinaire de l’année 2019 s’est ouverte ce mercredi 6 mars 2019 avec une vingtaine de lois sur la table des députés. Au nombre des innovations, le vote électronique à l’hémicycle est désormais une réalité.


Ils étaient au total 108 députés présents à l’hémicycle, 19 absences excusées et 13 procurations. Le fait notable de l’agenda diplomatique depuis la clôture de la deuxième session ordinaire 2018, reste la visite d’amitié et de travail du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé du 3 au 7 février dernier en Turquie. Une visite qui selon Bala Sankandé, aura permis de poser de nouveaux jalons, dans l’optique du renforcement des relations d’amitiés et de la coopération entre le Burkina et la Turquie.

Aussi, sur proposition de la présidence de l’Assemblée, et au terme des travaux du Forum national sur l’autonomisation et la responsabilisation de la femme, les femmes parlementaires ont pris l’engagement d’initier une proposition de loi en vue de la création d’un siège supplémentaire en faveur des femmes par circonscription électorale pour les élections législatives et municipales. Pour Alassane Bala Sakandé, des mesures spécifiques doivent être prises pour donner corps aux propositions, résolutions et recommandations auxquelles les participants sont parvenus. Dans ce sens, il invite le gouvernement, le pouvoir judiciaire, les partis politiques, syndicats, Organisation de la société civile, responsables religieux et coutumiers, opérateurs économiques, les médias et tous les Burkinabè à s’impliquer davantage.

Conformément à son ordre du jour, tel qu’approuvé par la conférence des présidents, l’Assemblée nationale aura à examiner une vingtaine de projets de lois durant cette session parlementaire. Par ailleurs, l’intersession parlementaire n’a pas été de tout repos pour les députés de la 7e législature fait remarquer Bala Sakandé. En effet, pendant qu’ils s’acquittaient de leur devoir de redevabilité à travers le pays, les élus ont dû revenir à l’hémicycle pour tenir deux sessions spéciales. La première pour statuer sur la prorogation de l’état d’urgence décrété par le gouvernement le 31 décembre 2018, la seconde pour recevoir la déclaration de politique générale du Premier ministre, Christophe Marie-Dabiré et procéder à son investiture.

Le vote électronique désormais une réalité

A l’avant des sièges des députés, sont exposées des tablettes et des écrans d’affichage dans l’hémicycle. Cela témoigne selon le PAN, de l’engagement et la volonté du parlement burkinabè,  de poursuivre ses efforts vers la modernisation et la transparence.

En vue de donner un coup d’accélérateur à la mise en œuvre de son plan stratégique 2016-2020, l’AN a fait recours aux services de 100 jeunes étudiants sous le statut de «Stagiaires rémunérés» appelés les «Volontaires de l’Assemblée nationale» (VAN). Ce programme selon le PAN, vise à faire connaitre l’AN, son rôle, ses valeurs et ses missions ; appuyer les différentes commissions générales dans l’exécution de leurs missions ; contribuer à l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiants et favoriser une insertion des jeunes dans le monde professionnel.

Les jeunes Volontaires de l'Assemblée nationale

Pays invité d’honneur à l’occasion de l’ouverture de cette session ordinaire, le parlement sénégalais a été représenté par son président, Moustapha Niasse. Tout en réaffirmant le soutient de son pays au Burkina dans la lutte contre le terrorisme, Moustapha Niasse a indiqué que les parlements africains doivent prendre à bras le corps la question du terrorisme. Présenté comme un homme politique et homme d’Etat sénégalais, Moustapha Niasse tire une partie de ses origines du Burkina, puisque sa grand-mère est originaire de Oula, village situé dans la province du Yatenga. L’ouverture de cette session ordinaire a connu également la présence de l’honorable Amina Bala Kalto, 5e vice-présidente venue représenter Ousseini Tinni, président de l’AN du Niger. La prochaine séance est prévue pour le jeudi 14 mars prochain.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé