Aujourd'hui,
URGENT
Nécro: le célèbre saxophoniste camerounais Manu Dibango (86 ans) s’est éteint mardi, de suite de Coronavirus.
Coronavirus: le Niger a enregistré jeudi 19 mars 2020 son premier cas d'infection (ministère de la Santé du Niger). 
Coronavirus: le parlement burkinabè suspend les plénières à l'hémicycle jusqu'au 1er avril 2020.         
Covid-19: une quinzaine de députés français sont contaminés à ce stade. Ce chiffres est peut-être sous-estimé. 
Coronavirus: le Bénin enregistre son premier cas: un Burkinabè arrivé au Bénin le 12 mars 2020.
Covid-19: les syndicats suspendent la marche meeting du 17 mars, mais maintiennent la grève générale du 16 au 20 mars. 
Coronavirus: 15 cas avérés détectés au Burkina Faso à la date du 15 mars 2020 (ministère de la Santé). 
Covid-19: le gouvernement ferme les écoles du Burkina du 16 au 31 mars 2019. 
Mali: la Canadienne Edith Blais et l’Italien Luca Tacchetto enlevés au Burkina Faso en 2018 retrouvés vivants près de Kidal (Minusma). 
Coronavirus: un troisième cas avéré au Burkina Faso, 7 prélèvements en attente de résultats (ministre de la Santé)

POLITIQUE

Voici le message de Remis Fulgance Dandjinou, ministre de la Communication à l’occasion de la célébration ce 13 février 2019 de la 8e  journée mondiale de la radio. 

Ce jour, 13 février 2019, la communauté internationale célèbre, en communion avec l’UNESCO, la huitième (8ème) journée mondiale de la radio sous le thème « Dialogue, tolérance et paix ». Je me félicite de la reconnaissance faite à la radio par cette commémoration instituée par l’instance onusienne depuis le 3 novembre 2011, à la faveur de sa 36e conférence, pour marquer dans les esprits le potentiel immense de cette technologie.

Je saisis cette occasion pour saluer, féliciter et encourager les acteurs qui animent les 152 stations de radio réparties sur l’ensemble du territoire burkinabè. C’est le lieu aussi pour moi de saluer tous les auditeurs et surtout les clubs des auditeurs qui constituent les forces de développement de ces structures, les galvanisant dans leur mission d’information, de sensibilisation et de transformation de notre environnement socioéconomique.

Le Burkina Faso a adopté la radio, en octobre 1959, comme instrument de diffusion culturelle à destination des populations. Aujourd’hui, plus que jamais, nous travaillons à la développer, à la rendre performante pour qu’elle joue pleinement son rôle de vecteur favori du sentiment national et unitaire.

Au moment où nous commémorons cette 8ème journée, le Burkina Faso est secoué par les menaces et les affres persistantes du terrorisme. Notre pays est traversé par des conflits intercommunautaires, mettant à rude épreuve la stabilité du Burkina et le vivre ensemble légendaire des burkinabè.

Plutôt que d’annihiler l’hospitalité, le courage et la bravoure légendaires des burkinabè et leur fort potentiel de résilience, les discours véhiculés par la radio doivent galvaniser les acteurs sur les théâtres des opérations, restaurer l’autorité de la force publique que les terroristes œuvrent à saper, forger une psychologie à toute épreuve des populations en général et des plus exposées en particulier, exhumer les valeurs, les exploits guerriers d’antan, enfouis dans les tombeaux de nos ancêtres et redorer l’image du Burkina à travers nos contrées et dans le monde.

Chers confrères,

Chers auditeurs,

La radio est appelée à jouer son rôle de rassembleur des communautés, afin de promouvoir un dialogue constructif en faveur de la paix, la cohésion sociale et partant, du développement. Ce média, en raison de sa portée étendue et de sa vitesse de transmission, de la richesse et de la composition de son auditoire, est le moyen idéal pour œuvrer à apaiser, à réconforter nos populations, pour contrer l’extrémisme violent et les conflits, en particulier dans des zones sensibles et potentiellement exposées à cette réalité.

J’appelle de tous mes vœux l’adoption de démarches lénifiantes, la promotion d’interventions des plus positives dans les émissions radiophoniques et interactives afin qu’elles soient des plates-formes de dialogue et de débat démocratique sur des questions qui préoccupent le plus les burkinabè. Loin de moi l’idée de dépouiller ces interventions de leur sens critique, de leur caractère interpellateur de l’acteur et de l’autorité publics, car cet aspect est vital pour notre démocratie et pour la promotion de la gouvernance vertueuse.

Mais, mon souhait le plus ardent est que les propos et les interventions, lors des émissions radiodiffusées, tendent à répandre la tolérance et à aider à surmonter les différences, afin de fédérer les communautés autour d’objectifs et de causes communes. La force de la radio, ne l’oublions pas, permet d’agir sur la formation des opinions et les changements de comportements. Chaque intervenant devrait s’en approprier et en faire un outil de promotion de la liberté d’expression, de la liberté de presse, du renforcement de la démocratie et du vivre ensemble.

Des études menées sur la période 2010-2015 ont prouvé la proximité de la radio avec les ménages et les citoyens. Elles ont révélé, je le rappelle, que 68% des ménages, au Burkina Faso, disposent d’au moins un poste radio et que 67% des populations écoutent, au moins une fois par semaine, la radio. Les populations citent majoritairement la radio comme leur première source d’information et de sensibilisation.

Cette huitième édition, placée sous le thème « Dialogue, tolérance et paix », cadre parfaitement avec le contexte national et m’offre l’opportunité de louer le travail abattu par l’ensemble des personnels des stations de radio publiques et privées au Burkina Faso, des institutions de régulation et des structures d’autorégulation, des organisations professionnelles des médias, des auditeurs, dans toutes leurs composantes et de souligner leur contribution extraordinaire à la gestion de la situation difficile que traverse le Burkina. Je leur souhaite paix, santé et sécurité dans leurs missions.

Mon département, avec l’accompagnement des ministères en charge de de la Défense nationale et de la sécurité, travaille à établir des passerelles idéales de collaboration entre les forces de défenses et de sécurité et les médias, afin d’aménager et de renforcer les espaces de collecte, de traitement et de diffusion de l’information juste, crédible et accessible à leur public.

Bonne célébration à l’ensemble des acteurs !

Bonne et heureuse année 2019 à tous !

Vive la radiodiffusion !

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Lors d'un échange direct avec les femmes venues des 13 régions du Burkina le 8 mars 2020 à Ouagadougou, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé que le prochain gouvernement sera composé de 30% de femmes. Selon vous, c'est une décision:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé