Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

Photo: mediacongo.net

POLITIQUE

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) de la RDC a déclaré Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle avec 38,57% des voix. Il devance l’autre opposant, Martin Fayulu, qui obtient 34,8%. Celui-ci a aussitôt contesté le résultat et dénoncé un «putsch électoral».

Selon les résultats officiels provisoires, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, 55 ans, est le président élu qui doit succéder au chef de l’Etat sortant Joseph Kabila, 47 ans. Il comptabilise 7 051 013 voix, soit 38,57% des suffrages exprimés, selon les chiffres de la Ceni.

Martin Fayulu arrive en deuxième position avec 6 366 732 voix (34,83%), devant le candidat du camp présidentiel sortant, Emmanuel Ramazani Shadary, troisième, avec 4 357 359 voix (23,84%).

Aussitôt les résultats annoncés, Félix Tshisekedi a rendu hommage au président sortant Joseph Kabila, invitant ses partisans à ne «plus le considérer comme un adversaire mais plutôt comme un partenaire de l’alternance démocratique dans notre pays».

Il se positionne en rassembleur.  «Je ne serai pas le président d’un parti politique, l’UDPS, d’une tribu, la tribu Luba. Je serai le président des Congolaises et des Congolais», promet M. Tshisekedi. 

Martin Fayulu, arrivé deuxième, conteste les résultats, estimant qu’ils n’ont rien à voir avec la vérité des urnes. «Malgré les impositions insensées et irresponsables de la Ceni, nous n’avons jamais cessé de revendiquer haut et fort l’alternance démocratique afin de bâtir ensemble un Congo digne et prospère», affirme affirme-t-il.

Il appelle la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et l’Eglise du christ au Congo (ECC) à révéler les résultats de leurs missions d’observation afin de permettre aux Congolais de connaitre celui qui a réellement remporté la victoire.

Presque le même son de cloche chez Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, qui assure sur une chaine de télévision française que les résultats des élections en République Démocratique du Congo ne semblent pas «conformes aux résultats que l'on a pu constater ici ou là».

«Les élections se sont déroulées à peu près dans le calme, ce qui est une bonne chose, mais il semble bien que les résultats proclamés (…) ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là, parce que la conférence épiscopale du Congo a fait des vérifications et annoncé des résultats qui étaient totalement différents», a-t-il martelé sur CNews, ajoutant que «Monsieur Fayulu était a priori le leader sortant de ces élections.»

Le taux de participation s’élève lui  à 47,56%.  Près de 40 millions d’électeurs étaient attendus aux urnes, 18 329 318 ont pu voter le 30 décembre dernier.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir