Aujourd'hui,
URGENT
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer

POLITIQUE

Dans une déclaration en date du 4 janvier 2019, le secrétaire général de l’ONU condamne le massacre de 46 personnes (bilan officiel) survenu à Yirgou, au Burkina Faso. 

«Le Secrétaire général condamne les attaques à l’encontre de civils signalées dans la commune de Barsalogo, au nord du Burkina Faso, au début de cette semaine. Il présente ses sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés», peut-on lire dans le communiqué publié sur le site de l’institution

Le document assure que Antonio Guterres, est «préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire dans certaines provinces du pays où les autorités ont déclaré l’état d’urgence. Il est aussi préoccupé par la violence intercommunautaire.»

Il a donc réitéré l’engagement des Nations Unies à soutenir le Burkina Faso dans ses efforts visant à lutter contre le terrorisme, poursuivre ses réformes dans le secteur de la sécurité, promouvoir la réconciliation nationale et créer les conditions propices à une paix et un développement durables.

Les affrontements inter communautaires à Yirgou, province du Sanmatenga, dans la région du Centre-nord du Burkina Faso, ont fait un total de 46 morts, selon un bilan gouvernemental. 

Ces heurts ont commencé après l’assassinat par des individus armés, dans la matinée du 1er janvier 2019, de Kouka Sawadogo, chef coutumier de Yirgou, et de six membres de sa famille. 

S’en suivront deux jours de représailles -qui auraient été menées notamment par des groupes d'auto défense- contre la communauté peule, accusée d’avoir hébergé les assassins. La chasse à l’homme s’est étendue dans la soirée du mercredi 2 janvier à Dablo, un autre village de la province du Sanmatenga.

Ce samedi 5 janvier, Roch Marc Christian Kaboré, le chef de l'Etat, s'est rendu sur les lieux

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé