Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

POLITIQUE

Dans cette déclaration, l’opposition politique condamne les affrontements intercommunautaires survenus à Yirgou dans la commune de Barsalogho (Centre-nord) qui a fait officiellement une quarantaine de morts. Elle invite les Burkinabè à ne pas tomber dans le piège des terroristes.

L’Opposition politique burkinabè a appris que suite à l’assassinat du chef de village et d’autres habitants de Yirgou dans la commune de Barsalogho, des violences intercommunautaires ont éclaté en ce début d’année 2019, causant d’énormes pertes en vies humaines et des dégâts matériels. Officiellement, le Gouvernement annonce un bilan provisoire de 46 morts, lequel bilan est même contredit par d’autres sources. 

En attendant d’en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de cette affaire, l’Opposition déplore cette situation et condamne vigoureusement toute forme de violence d’où qu’elle vienne. 

L’Opposition s’incline devant la mémoire des disparus, et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. 

Pour l’Opposition politique, les Burkinabè ne doivent pas tomber dans le piège des terroristes en menant des actions de représailles les uns contre les autres.

Nous appelons les différentes parties au calme et à la retenue. Nous saluons par ailleurs les intercessions de personnes ressources visant à ramener la paix et la quiétude entre les communautés. 

L’Opposition interpelle fermement le Gouvernement, qui a en charge la gestion du pays, pour qu’il prenne rapidement les mesures qui s’imposent pour enrayer la spirale de violence à laquelle nous assistons. Il y va de l’autorité de l’Etat et de sa capacité à promouvoir un environnement qui favorise le vivre-ensemble des composantes de notre peuple.

Il appartient au Gouvernement de mener rapidement les enquêtes pour situer les responsabilités, et de diligenter les suites judiciaires qui s’imposent.

L’Opposition réaffirme sa pleine disponibilité à œuvrer pour préserver la cohésion sociale et l’harmonie entre les communautés vivant dans notre pays. 

Ouagadougou, le 04 janvier 2019

Le Chef de file de l’Opposition politique

Zéphirin DIABRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir