Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

POLITIQUE

Dans cette déclaration, l’opposition politique condamne les affrontements intercommunautaires survenus à Yirgou dans la commune de Barsalogho (Centre-nord) qui a fait officiellement une quarantaine de morts. Elle invite les Burkinabè à ne pas tomber dans le piège des terroristes.

L’Opposition politique burkinabè a appris que suite à l’assassinat du chef de village et d’autres habitants de Yirgou dans la commune de Barsalogho, des violences intercommunautaires ont éclaté en ce début d’année 2019, causant d’énormes pertes en vies humaines et des dégâts matériels. Officiellement, le Gouvernement annonce un bilan provisoire de 46 morts, lequel bilan est même contredit par d’autres sources. 

En attendant d’en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de cette affaire, l’Opposition déplore cette situation et condamne vigoureusement toute forme de violence d’où qu’elle vienne. 

L’Opposition s’incline devant la mémoire des disparus, et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. 

Pour l’Opposition politique, les Burkinabè ne doivent pas tomber dans le piège des terroristes en menant des actions de représailles les uns contre les autres.

Nous appelons les différentes parties au calme et à la retenue. Nous saluons par ailleurs les intercessions de personnes ressources visant à ramener la paix et la quiétude entre les communautés. 

L’Opposition interpelle fermement le Gouvernement, qui a en charge la gestion du pays, pour qu’il prenne rapidement les mesures qui s’imposent pour enrayer la spirale de violence à laquelle nous assistons. Il y va de l’autorité de l’Etat et de sa capacité à promouvoir un environnement qui favorise le vivre-ensemble des composantes de notre peuple.

Il appartient au Gouvernement de mener rapidement les enquêtes pour situer les responsabilités, et de diligenter les suites judiciaires qui s’imposent.

L’Opposition réaffirme sa pleine disponibilité à œuvrer pour préserver la cohésion sociale et l’harmonie entre les communautés vivant dans notre pays. 

Ouagadougou, le 04 janvier 2019

Le Chef de file de l’Opposition politique

Zéphirin DIABRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé