Aujourd'hui,

C’est suite à une demande  du Premier ministère que s’est ouverte ce lundi 9 janvier 2017 une session parlementaire extraordinaire. Cette première rencontre des élus nationaux avait pour but d’examiner entre autres des projets de loi « que l’agenda du gouvernement n’avait pas permis d’inscrire à l’ordre du jour de la session budgétaire 2016 », a résumé Salifou Diallo, président du Parlement.


En attendant la date du 13 janvier prochain, en vue de passer aux peignes fins quatre (4) projets de loi, à l’occasion d’une séance plénière,  ce sont 110 députés qui étaient présents à l’hémicycle lors de l’ouverture de la session extraordinaire de 2017. A cet effet, un accent particulier a été mis sur des projets de loi qui « paraissent les plus emblématiques ».

Il s’agit du projet de loi portant autorisation de ratification de la convention sur la répression des actes illicites dirigés contre l’aviation civile internationale ; celui portant création d’une fonction publique territoriale au Burkina Faso ; un autre portant création, organisation et fonctionnement des pôles judiciaires spécialisés dans la répression des infractions économiques et financières et de la criminalité organisée ; et enfin, du projet de loi portant habilitation du gouvernement à ratifier par voie d’ordonnance des accords de financement, des appuis budgétaires techniques et financiers.

Au cours de son intervention, Salifou Diallo a noté que l’ordre du jour de cette présente session « démontre que le gouvernement s’attèle avec dévouement et esprit de suite à l’accomplissement de sa mission qui est de créer les conditions pour un mieux-être de notre peuple ». Par ailleurs, avant de clore l’ouverture, le président de l’Assemblée Nationale a bien voulu s’appesantir sur le projet de loi portant création, organisation et fonctionnement du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme.

Cette disposition entre en droite ligne avec « mon invitation au gouvernement à mettre en place des juridictions spécialisées anti terroristes et des procédures efficaces y afférentes », a confié M. Diallo, avant d’inviter les députés « à plus d’engagement, d’assiduité et d’abnégation dans la conduite des travaux  de cette session ».

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Au regard de la recrudescence des débrayages et menaces de grève, il faut vite conclure une trêve sociale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé