Aujourd'hui,
URGENT
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.
Paludisme : environ 9,8 millions de cas de  enregistrés au Burkina au cours de l'année 2016 (PNLP). 
Santé: le paludisme a tué, l'an dernier, 4.000 personnes dont 3.000 enfants au Burkina (PNLP).
Ouaga : des commerçants manifestent devant le palais de justice pour demander la libération de l’homme d’affaires Inoussa Kanazoé.
Enseignement : le Président du Faso offre 3025 livres d’une valeur de 56 millions de F CFA aux universités publiques du Burkina Faso.
France: le candidat des Républicains, François Fillon, appelle à voter pour Macron au second tour.
France: Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour le second tour de la présidentielle  (Estimation).
Football:  le président de la FBF, Sita Sangaré,nommé membre de la commission de développement de la FIFA.
Immigration: partis en Libye à la recherche de l’eldorado, 154 burkinabè ont été rapatriés ce 20 avril au Burkina.
Médias: après 4 ans d’interruption, la radio rurale a officiellement redémarré ses activités, le 20 avril 2017.

POLITIQUE

C’est suite à une demande  du Premier ministère que s’est ouverte ce lundi 9 janvier 2017 une session parlementaire extraordinaire. Cette première rencontre des élus nationaux avait pour but d’examiner entre autres des projets de loi « que l’agenda du gouvernement n’avait pas permis d’inscrire à l’ordre du jour de la session budgétaire 2016 », a résumé Salifou Diallo, président du Parlement.


En attendant la date du 13 janvier prochain, en vue de passer aux peignes fins quatre (4) projets de loi, à l’occasion d’une séance plénière,  ce sont 110 députés qui étaient présents à l’hémicycle lors de l’ouverture de la session extraordinaire de 2017. A cet effet, un accent particulier a été mis sur des projets de loi qui « paraissent les plus emblématiques ».

Il s’agit du projet de loi portant autorisation de ratification de la convention sur la répression des actes illicites dirigés contre l’aviation civile internationale ; celui portant création d’une fonction publique territoriale au Burkina Faso ; un autre portant création, organisation et fonctionnement des pôles judiciaires spécialisés dans la répression des infractions économiques et financières et de la criminalité organisée ; et enfin, du projet de loi portant habilitation du gouvernement à ratifier par voie d’ordonnance des accords de financement, des appuis budgétaires techniques et financiers.

Au cours de son intervention, Salifou Diallo a noté que l’ordre du jour de cette présente session « démontre que le gouvernement s’attèle avec dévouement et esprit de suite à l’accomplissement de sa mission qui est de créer les conditions pour un mieux-être de notre peuple ». Par ailleurs, avant de clore l’ouverture, le président de l’Assemblée Nationale a bien voulu s’appesantir sur le projet de loi portant création, organisation et fonctionnement du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme.

Cette disposition entre en droite ligne avec « mon invitation au gouvernement à mettre en place des juridictions spécialisées anti terroristes et des procédures efficaces y afférentes », a confié M. Diallo, avant d’inviter les députés « à plus d’engagement, d’assiduité et d’abnégation dans la conduite des travaux  de cette session ».

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir