Aujourd'hui,
URGENT
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer
Tunisie: l'universitaire Kaïs Saïed élu président au second tour de la présidentielle (Sondages)
Nobel: le prix Nobel de la paix attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed
Tunisie: la justice a décidé de libérer le candidat à la présidentielle Nabil Karoui, en détention pour des soupçons de fraude fiscale
Fonds mondial: le montant des 14 milliards de dollars pour éradiquer le Sida, la tuberculose et le paludisme d'ici à 2030 a été atteint
Littérature: les Nobel de littérature 2018 et 2019 attribués à la Polonaise Olga Tokarczuk et à l’Autrichien Peter Handke
Fonds mondial: le Burkina Faso s’engage pour un montant d’un million de dollars soit près de 595 millions de FCFA
Ouagadougou: une importante quantité de déchets biomédicaux saisie par la Police municipale
Burkina: le collectif des syndicats de l’aéronautique civile suspend son mot d’ordre de grève de 48 heures ( du 11 au 12 octobre)

POLITIQUE

Djibril Bassolé, 84e et dernier inculpé dans le dossier du putsch manqué a été appelé à la barre du tribunal militaire le mercredi 20 décembre dernier. L’ancien ministre des Affaires étrangères a plaidé non coupable. Son interrogatoire est entré dans le vif du sujet au cours de l'audience de ce vendredi 21 décembre 2018.

Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, trahison, meurtre et coups et blessures volontaires, Djibril Bassolé a nié les faits à lui reprochés. L’accusé a affirmé n’avoir jamais apporté une aide quelconque au Général Diendéré car n’étant pas informé d’un coup d’Etat. Pour lui, il s’agissait d’une énième crise au sein du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). « Lui même n’avait pas besoin d’une quelconque aide. Nous sommes promotionnaires. S’il avait dans son agenda de perpétrer un coup d’État, il m’aurait informé », tels sont ses propos rapporté par lefaso.net.

Sur la question de l’existence de clans au sein du RSP, il a botté en touche tout en expliquant qu’il n’a jamais fonctionné sur la base de clan et qu’il n’avait que des amitiés au sein de la police, de la gendarmerie et du RSP.

Répondant à la question de savoir s’il avait échangé des appels téléphoniques avec Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne, le général Bassolé répondra par l’affirmative.  « Avec Guillaume Soro, d’abord d’une manière générale, nous nous appelons régulièrement lorsqu’il y a une situation en Côte d’Ivoire ou au Burkina. On échange sur ce qu’il faut faire pour trouver la solution » a-t-il expliqué, toujours rapporté par lefaso.net.

Notons qu’un présumé appel téléphonique avec Guillaume Soro incrimine le sieur Bassolé. Cette pièce qui avait fuité sur les réseaux sociaux a été reversée sur le dossier et constituerait l’un des principaux éléments à charge contre Djibril Bassolé. L’intéressé a toujours réfuté le contenu de ces écoutes car selon lui, ces écoutes ont été « fabriquées » et « manipulées ».

C’est d’ailleurs à cet effet que ses conseils avaient déposé une requête le mercredi 21 décembre dernier. Cette requête demandait au tribunal de surseoir au jugement, le temps que le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononce sur les requêtes de faux introduit contre trois pièces du dossier à savoir deux rapports d’expertises des écoutes téléphoniques et d’une prestation de serment.  Le tribunal militaire qui a délibéré sur la saisine ce vendredi 21 décembre a débouté les plaignants, ce qui permet la poursuite du jugement.

Après les questions du tribunal, l’audience a été suspendue sur demande du bâtonnier afin de permettre aux avocats de participer à une réunion dans l’après midi de ce vendredi. L’interrogatoire de Bassolé se poursuivra le lundi 7 janvier 2019, certainement avec les questions du parquet militaire.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé