Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

POLITIQUE

Le Collectif des Organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC) ont organisé une marche meeting ce jeudi 13 décembre à Ouagadougou. Cette activité entre dans le cadre de la commémoration du vingtième anniversaire de l'assassinat du journaliste d'investigation Norbert Zongo et de ses trois compagnons.

Après un recueillement au cimetière de Gounghin, lieu où a été inhumé Norbert Zongo alias Henry Sebgo et ses trois compagnons, rendez vous a été donné à la Place de la nation pour une marche meeting. En cette journée de 13 décembre, ils étaient nombreux à répondre à l'appel des deux organisations pour commémorer les vingt ans de la disparition du directeur de publication de l’Indépendant.

Placée sous le thème « 20 ans après, renforçons la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et ses compagnons et contre l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques », cette commémoration, selon Chrysogone Zougmoré, responsable du Collectif et président du MBDHP, se tient dans un contexte marqué par l’aggravation de la situation sécuritaire que vit le pays et le renforcement de sa domination par la présence de forces militaires étrangères sur notre sol mais aussi à travers les ingérences économiques flagrantes de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

C'est pourquoi, face à ces problèmes, le président du MBDHP a rappelé au gouvernement  qu'à travers leurs actes et dans la conduite de leurs actions, qu'ils  aient à l'esprit les pertinentes dispositions de l'article 35 de la déclaration française qui souligne ceci : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A en croire M. Zougmoré, en 20 ans il y a eu des acquis engrangés tels l’insurrection populaire, la réouverture du dossier et l’inculpation de trois des suspects sérieux identifiés par la commission d’enquête indépendante, l'avis favorable de la justice française sur l’extradition de François Compaoré, le baptême de rue et d’université au nom de l'illustre disparu. Malgré ces avancés, Chrysogone Zougmoré dit attendre toujours que vérité et justice se fassent. « Nous sommes convaincus que tôt ou tard François Compaoré viendra répondre de ses actes devant la justice burkinabè » espère t-il.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé