Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: lancement d’un programme d’approvisionnement en eau pour plus d’un million de personnes (AIB)
Etats-Unis: l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)

POLITIQUE

Le Collectif des Organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC) ont organisé une marche meeting ce jeudi 13 décembre à Ouagadougou. Cette activité entre dans le cadre de la commémoration du vingtième anniversaire de l'assassinat du journaliste d'investigation Norbert Zongo et de ses trois compagnons.

Après un recueillement au cimetière de Gounghin, lieu où a été inhumé Norbert Zongo alias Henry Sebgo et ses trois compagnons, rendez vous a été donné à la Place de la nation pour une marche meeting. En cette journée de 13 décembre, ils étaient nombreux à répondre à l'appel des deux organisations pour commémorer les vingt ans de la disparition du directeur de publication de l’Indépendant.

Placée sous le thème « 20 ans après, renforçons la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et ses compagnons et contre l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques », cette commémoration, selon Chrysogone Zougmoré, responsable du Collectif et président du MBDHP, se tient dans un contexte marqué par l’aggravation de la situation sécuritaire que vit le pays et le renforcement de sa domination par la présence de forces militaires étrangères sur notre sol mais aussi à travers les ingérences économiques flagrantes de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

C'est pourquoi, face à ces problèmes, le président du MBDHP a rappelé au gouvernement  qu'à travers leurs actes et dans la conduite de leurs actions, qu'ils  aient à l'esprit les pertinentes dispositions de l'article 35 de la déclaration française qui souligne ceci : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A en croire M. Zougmoré, en 20 ans il y a eu des acquis engrangés tels l’insurrection populaire, la réouverture du dossier et l’inculpation de trois des suspects sérieux identifiés par la commission d’enquête indépendante, l'avis favorable de la justice française sur l’extradition de François Compaoré, le baptême de rue et d’université au nom de l'illustre disparu. Malgré ces avancés, Chrysogone Zougmoré dit attendre toujours que vérité et justice se fassent. « Nous sommes convaincus que tôt ou tard François Compaoré viendra répondre de ses actes devant la justice burkinabè » espère t-il.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé