Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

POLITIQUE

A l’occasion de la commémoration ce 13 décembre 2018 de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, la Société des éditeurs de la presse privée (Sep) par cette déclaration rend hommage à l’illustre disparu et salue la constance des organisations qui sont toujours mobilisées au sein du collectif contre l’impunité pour maintenir la veille sur le dossier judiciaire.

Il y a 20 ans, le Journaliste Norbert Zongo, Directeur Fondateur de l’Hebdomadaire « L’Indépendant », le premier journal d’investigation du Burkina, a été sauvagement assassiné et réduit en cendres avec ses trois compagnons d’infortune à Sapouy. Depuis 20 longues années, les familles des victimes et tous les Burkinabè épris de justice sont mobilisés pour que toute la lumière soit faite sur ce crime odieux et que justice soit rendue. Norbert Zongo, assassiné alors qu’il enquêtait sur la mort du chauffeur de François Compaoré, frère Cadet du Président déchu Blaise Compaoré, a refusé de bâillonner sa plume jusqu’au sacrifice suprême. 

Malgré la mobilisation des forces démocratiques sous la conduite du Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques, contre ce crime, les puissants d’alors avaient usé de tous les subterfuges politico-judiciaires pour classer le dossier sans suite en 2006.

En cette journée de mémoire, la Société des Editeurs de la presse privée(SEP) voudrait une fois de plus rendre hommage à l’illustre disparu et à ses compagnons. Elle voudrait saisir également cette occasion pour saluer tous ceux qui, depuis cette sinistre date se sont engagés dans le combat pour la vérité et la justice. Leur courage, leur détermination et leur persévérance finiront par triompher de toutes les tentatives d’obstruction à la manifestation de la vérité et de la justice.

Comme le dit si bien le slogan de la campagne lancée par l’UNESCO le 2 novembre 2018 à la faveur de la journée internationale de la fin de l’impunité des crimes commis contre les journalistes, « la vérité ne meurt jamais » ! Oui la vérité ne peut pas mourir. Aussi longtemps que le mensonge et le déni auront droit de cité, aussi déterminés et infatigables doivent demeurer les combattants de la Liberté, de la Justice et de la Démocratie. 

Vingt longues années se sont écoulées. Mais la quête de vérité et de justice demeure intacte chez beaucoup d’acteurs. Finalement, même mort, Norbert Zongo triomphe progressivement de ses bourreaux. Ceux qui l’ont assassiné et brulé espéraient taire à jamais un journaliste qui dérange. Mais ils ont plutôt suscité la révolte d’une bonne partie de la corporation. Ils se sont retrouvés avec plusieurs journalistes et médias qui dérangent. Ils ont voulu faire disparaître un éveilleur des consciences citoyennes, ils ont récolté la colère populaire qui a fini par les emporter.

Depuis l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, l’espoir d’une justice pour Norbert Zongo et ses compagnons devient de plus en plus grand. L’instruction du Dossier après sa réouverture en 2015, suivie de l’inculpation de quelques suspects dont François Compaoré, donne des raisons d’espérer que Justice sera rendue.

La décision favorable de la Cour d’Appel de Paris à la demande d’extradition de François Compaoré contre qui un mandat d’arrêt international a été lancé depuis mai 2016 est une avancée significative. C’est une grande victoire d’étape et les Burkinabè épris de justice et de paix peuvent continuer à espérer tout en restant mobilisés et déterminés. 

Sans remettre en cause la présomption d’innocence dont bénéficie Monsieur François Compaoré, la SEP salue cette avancée et attend l’issue du pourvoi en cassation du mis en cause et de ses avocats. La SEP félicite l’Etat burkinabè et ses avocats, les exhorte à tout mettre en œuvre pour l’aboutissement du processus jusqu’à la tenue d’un procès équitable où tous les suspects pourront faire entendre leur cause pour que le droit et rien que le droit soit dit. Norbert Zongo qui a dirigé la SEP s’est battu jusqu’à la mort pour la Justice. Le Burkina Faso lui doit au moins la justice!

La SEP invite l’ensemble des journalistes et des médias à se mobiliser dans le cadre de toutes les luttes pour la justice pour Norbert Zongo et pour tous les Burkinabè victimes des fossoyeurs de la liberté de presse, de la démocratie et de la justice. Elle salue la constance des organisations qui sont toujours mobilisées au sein du collectif contre l’impunité qui maintient la veille. 

Hommage à Norbert Zongo et à ses Compagnons ;

Gloire au peuple en lutte pour la justice et la dignité humaine !

Nan Lara an saara !

 

Pour la SEP

Le Président 

Boureima OUEDRAOGO

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé