Aujourd'hui,
URGENT
Cannes: la Palme d’or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho, prodige sud-coréen
Justice: Maiza sérémé cède sa place à Harouna Yoda au TGI de Ouagadougou
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois

POLITIQUE

Après plus de trois mois de détention, la santé de Safiatou Lopez se serait dégradée, à telle enseigne que depuis environ une semaine elle est internée dans une clinique de la capitale. Pour le collectif dignité et liberté pour Safiatou Lopez, cette situation découlerait des conditions « tragiques » dans laquelle leur camarade a été incarcérée. Cette situation, le collectif l’a dénoncé devant les médias ce mercredi 5 décembre 2018 à Ouagadogou.  

Arrêtée le 29 août 2018, Safiatou Lopez a été inculpée de « tentative de déstabilisation du pouvoir en place ». Selon Adama Badolo, porte parole dudit collectif, « le constat est amer » dans la mesure où « la justice n’a pas pu apporter les éléments de l’existence d’une telle opération de déstabilisation qui impliquerait Lopez Zongo ».

« Il est donc clair que nous avons trop tôt eu raison de douter que les motifs évoqués pour arrêter notre camarade ainsi que les accusations portées contre elle étaient un montage grotesque et qu’il ne pourrait s’agir, ni plus ni moins, que d’une traque politico-judiciaire » fait savoir M. Badolo, avant de soutenir que cet état de fait devrait conduire à une liberté provisoire, en lieu et place d’une relaxe, plutôt que de laisser leur  camarade croupir toujours en prison, où les conditions de détention seraient selon ses dires « précaires » donc de nature à « dégrader sa santé ».

Considérant que Safiatou Lopez est poursuivie par la justice militaire, Siaka Coulibaly et ses camarades estiment que la place de cette dernière serait à la Maca et non à la Maco. Cet autre aspect évoqué, cacherait une vérité pour le collectif. En effet, cela l’emmène à se poser bon nombre de questions :« pourquoi doit-elle faire l’exception à la règle et traitée différemment des autres prévenus de la justice militaire ? Est-ce parce qu’on voudrait la soumettre à un traumatisme psychologique par ces mauvais traitements, humiliants et dégradants, à la torture morale et à la souffrance ? ».

En guise de réponse, Abraham Badolo laisse entendre que Safiatou Lopez est « une prisonnière d’opinion du pouvoir en place ». S’indignant contre cette affaire, il est ressorti de cette conférence de presse que cette détention, est une « violation flagrante » en matière des droits de l’Homme. Ce faisant, le collectif dignité et liberté pour Safiatou Lopez, affirme qu'il convient de condamner ce qu’il qualifie de « remise en cause dangereuse de libertés individuelles, des droits de l’Homme, de la démocratie et de l’état de droit de la part des autorités judiciaires, sécuritaires et le gouvernement du président Roch Marc Christian Kaboré ».

Par ailleurs, pour des raisons de confidentialité, les détails n’ont pas été apportés sur l’état de santé de Mme Lopez. Cependant le collectif se dit convaincu que la mise en cause, est en « danger ».  « Nous tenons à tirer sur la sonnette d’alarme avant que le pire ne se produise (…) Cela dure trois mois qu’elle est détenue de manière injuste et arbitraire dans des conditions précaires de détention dont les conséquences sont désastreuses pour sa santé physique et mentale », a indiqué M. Badolo.        

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé