Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

POLITIQUE

L’Organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso (ODJ), en collaboration avec d’autres organisations de la société civile, a tenu le 1er décembre 2018 à Ouagadougou la 3é édition des Journées anti-impérialistes autour du thème « contre les menées impérialistes et pour la démocratie et le progrès social véritables ».


Différentes organisations anti impérialistes, progressistes et révolutionnaires du Burkina Faso, d’Afrique et d’Europe ce sont réunis au Cenasa le samedi 1er décembre à l’occasion de la 3é édition des journées anti-impérialistes. A entendre le président de l’ODJ Gabin Korbeogo, cette édition se tient dans un contexte international marqué entre autres par l’exacerbation de la crise du système capitaliste –impérialiste mondial ; sur le fond des luttes sans merci entre les puissances impérialistes ; l’aggravation de l’insécurité ; le développement des migrations économiques.

Au plan national, le contexte est, selon les participants, marqué par la faillite du pouvoir MPP et de ses alliés de l’Alliance pour la majorité présidentielle qui se sont montrés ‘’incapables’’ de  trouver des solutions à la hauteur des justes aspirations du peuple et de sa jeunesse.
« L’instauration des journées anti-impérialistes est  parti d’un constat que nous avons  fait de la situation de nos Etats africains mais au-delà de l’Afrique il y a aussi la situation d’autres peuples à travers le monde  marqué essentiellement par la domination impérialiste sur toutes ses formes. A partir de 1960,  ce qu’on a appelé des indépendances  étaient en réalité  formelles,  dans la réalité ce sont des Etats qui sont sous dominations sur toutes formes, domination économique à travers l’imposition du FCFA » a fait savoir Gabin Korbeogo.

Selon les organisateurs,  en ce qui concerne le Burkina Faso,   plusieurs programmes conçus comme le PNDES (plan national de développement économique et social)  n’est  rien d’autre que le PAS (programme d’ajustement structurel) revisité  « sur le plan culturel nous  vivons  la domination à travers la langue ; sur le plan militaire avec l’insécurité grandissante vous avez vu que ce sont des armées étrangères qui cartographient  à la limite et qui déterminent  les zones rouges dans notre pays » a laissé entendre le premier responsable de l’ODJ. Pour les panelistes,  c’est une occasion  d’approfondir les échanges ;  de partager les expériences de leurs  différentes organisations aussi bien nationales ; sous- régionales qu’internationales  et  de voir  comment  à travers des luttes utilitaires et nationales afin de  contribuer à l’émancipation nationale et sociale. « A terme, ce passage d’expériences doit contribuer au renforcement de la conscience idéologique et politique de nos peuples, à l’adoption d’une plateforme anti-impérialiste et de perspectives claires de lutte et de solidarité agissante » a affirmé Gabin Korbeogo.

Cette édition s’est tenue en une journée avec trois activités principales à savoir un panel ; une exposition  de documents sur la théorie et des expériences révolutionnaires  et un concert.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé