Aujourd'hui,
URGENT
Mali: le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans revendique l'attaque contre le camp de la Minusma et de Barkhane
Asie: la Corée du Nord annonce la fin de ses essais nucléaires et balistiques (RFI)
Ouagadougou: 6 morts dans une bousculade à l'issue d'un prêche d'un prédicateur musulman
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018

POLITIQUE

Les 3, 4 et 5 mars prochain, se tiendra le deuxième congrès du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). C’est en substance ce qui est ressorti de la session ordinaire du bureau politique national du parti au pouvoir, samedi 7 janvier 2016, à Ouagadougou. Ce fut également l’occasion pour les militants du parti « orange », de dresser le bilan de l’année écoulée, mais surtout de présenter leurs vœux au président par intérim Salifou Diallo.


Pour le secrétaire général du MPP, Clément P. Sawadogo, l’année 2016 a été  celle des défis pour le « jeune » parti qui venait de « remporter avec brio » les élections présidentielle et législatives de novembre 2015. Pour celui-ci, il était question « de réussir le coup d’essai et cela n’était pas chose aisée dans le contexte post-insurrectionnel », tout en reconnaissant que la tâche ne leur a pas été facilitée par ceux qu’il qualifie de « mauvais perdants ».

C’est en cela que l’actuel président du parti estime qu’il convient que les efforts se conjuguent, afin que soit matérialisé le programme présidentiel. Ce qui constitue la « seule chose qui vaille » au-delà des intérêts individuels des membres du parti. Ainsi, cela passera à en croire les responsables du MPP par la tenue du deuxième congrès ordinaire. Cette rencontre à venir, aux dires de Salifou Diallo sera l’occasion de ressortir avec un parti fort, unifié, orienté vers la satisfaction des intérêts populaires.

Par ailleurs, 2017 sera marquée par la formation des membres du MPP. C’est ce qu’a confié son président en ces termes : « l’école du parti va s’atteler en 2017 à accélérer et à renforcer les formations idéologiques et politiques de nos militants et surtout de ses dirigeants pour faire du parti un creuset de victoires, un creuset où les jeunes, les femmes et les anciens du parti vont puiser la sève nourricière qui fortifie leur lutte ».

En effet, il est ressorti aux termes des discussions que l’heure est au ressaisissement au MPP. Et cela transparait à travers les propos de M. Diallo, pour qui « l’essentiel, ce n’est point nos petites divergences. L’essentiel, ce n’est pas nos luttes de positionnement. L’essentiel, ce n’est pas les intrigues. L’essentiel, c’est l’unité combattante au sein des militants ». Ce dernier consent qu’il convient à juste titre de faire de 2017 « une année de maturité pour le MPP ». En outre, c’est convaincu que le MPP est le seul parti qui a un programme correspondant aux aspirations du peuple, que Salifou Diallo prévient « nous n’avons pas droit à l’échec et notre peuple ne nous pardonnera pas d’avoir échoué ».

Toutefois, le Mouvement du peuple pour le progrès a réaffirmé son total soutien au Président du Faso. A cet effet, le président dudit parti s’est attardé sur le succès de la conférence des partenaires du Burkina à Paris. Selon lui, cette marque de confiance dont a fait montre la communauté internationale, est plus qu’une raison, « de ne pas rester en arrière » mais de poursuivre son soutien à l’endroit du gouvernement pour faire de 2017 l’ année de la réalisation des promesses sur la base desquelles le parti a obtenu le plus de voix d’électeurs pour accéder au pouvoir.

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé