Aujourd'hui,
URGENT
Kenya: après l'invalidation des élections des juges "attaqués et menacés" selon David Maraga président de la cour suprême.
Parlement: Alassane Sakandé chez le Mogho Naaba pour «recueillir ses conseils et demander des bénédictions pour le succès de sa mission».
Burkina: «Tourisme interne: enjeux et défis», c’est le thème du 12e SITHO qui se tient du 28 septembre au 1er octobre.
Côte d’Ivoire: 15 ans après la rébellion, Soro dit ne ressentir aucune honte à demander pardon.
ONU: une cinquantaine de pays signent un traité interdisant symboliquement l’arme nucléaire.
Politique: le Cadre d’expression démocratique maintient son "grand meeting de veille citoyenne" le 7 octobre, malgré les vives critiques. 
Hadj 2017: une première vague de plus de 400 pèlerins burkinabè de retour à Ouagadougou, 10 décès enregistrés.
Nécro: Pascal Tiiga Ouédraogo, l'ancien maire de l'arrondissement de Sig Nongin, est décédé mercredi.
Sport : Cuba veut apporter son expertise en boxe et en athlétisme, selon le ministre cubain des Sports.
Burkina:  le président de la BAD, Dr Akinwumi Adesina, en visite officielle du 27 au 29 septembre 2017.

POLITIQUE

Les 3, 4 et 5 mars prochain, se tiendra le deuxième congrès du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). C’est en substance ce qui est ressorti de la session ordinaire du bureau politique national du parti au pouvoir, samedi 7 janvier 2016, à Ouagadougou. Ce fut également l’occasion pour les militants du parti « orange », de dresser le bilan de l’année écoulée, mais surtout de présenter leurs vœux au président par intérim Salifou Diallo.


Pour le secrétaire général du MPP, Clément P. Sawadogo, l’année 2016 a été  celle des défis pour le « jeune » parti qui venait de « remporter avec brio » les élections présidentielle et législatives de novembre 2015. Pour celui-ci, il était question « de réussir le coup d’essai et cela n’était pas chose aisée dans le contexte post-insurrectionnel », tout en reconnaissant que la tâche ne leur a pas été facilitée par ceux qu’il qualifie de « mauvais perdants ».

C’est en cela que l’actuel président du parti estime qu’il convient que les efforts se conjuguent, afin que soit matérialisé le programme présidentiel. Ce qui constitue la « seule chose qui vaille » au-delà des intérêts individuels des membres du parti. Ainsi, cela passera à en croire les responsables du MPP par la tenue du deuxième congrès ordinaire. Cette rencontre à venir, aux dires de Salifou Diallo sera l’occasion de ressortir avec un parti fort, unifié, orienté vers la satisfaction des intérêts populaires.

Par ailleurs, 2017 sera marquée par la formation des membres du MPP. C’est ce qu’a confié son président en ces termes : « l’école du parti va s’atteler en 2017 à accélérer et à renforcer les formations idéologiques et politiques de nos militants et surtout de ses dirigeants pour faire du parti un creuset de victoires, un creuset où les jeunes, les femmes et les anciens du parti vont puiser la sève nourricière qui fortifie leur lutte ».

En effet, il est ressorti aux termes des discussions que l’heure est au ressaisissement au MPP. Et cela transparait à travers les propos de M. Diallo, pour qui « l’essentiel, ce n’est point nos petites divergences. L’essentiel, ce n’est pas nos luttes de positionnement. L’essentiel, ce n’est pas les intrigues. L’essentiel, c’est l’unité combattante au sein des militants ». Ce dernier consent qu’il convient à juste titre de faire de 2017 « une année de maturité pour le MPP ». En outre, c’est convaincu que le MPP est le seul parti qui a un programme correspondant aux aspirations du peuple, que Salifou Diallo prévient « nous n’avons pas droit à l’échec et notre peuple ne nous pardonnera pas d’avoir échoué ».

Toutefois, le Mouvement du peuple pour le progrès a réaffirmé son total soutien au Président du Faso. A cet effet, le président dudit parti s’est attardé sur le succès de la conférence des partenaires du Burkina à Paris. Selon lui, cette marque de confiance dont a fait montre la communauté internationale, est plus qu’une raison, « de ne pas rester en arrière » mais de poursuivre son soutien à l’endroit du gouvernement pour faire de 2017 l’ année de la réalisation des promesses sur la base desquelles le parti a obtenu le plus de voix d’électeurs pour accéder au pouvoir.

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Selon vous, Bala Alassane Sakandé est véritablement la personne qu’il faut pour présider l’Assemblée nationale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé