Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats
Justice: la CPI ordonne le maintien en détention de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
Colombie: au moins 21 personnes ont été tuées et dix autres blessées  dans un attentat à la voiture piégée, à Bogota
Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda, ils sont sains et saufs, selon les Nations unies (RFI)
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort

POLITIQUE

Les agents de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP)  observent depuis le 22 octobre dernier un débrayage sous la houlette de leur syndicat national pour réclamer une amélioration des conditions de vie et de travail. Dans ce communiqué de presse, la direction générale de la GSP regrette cette action du syndicat qui paralyse   les juridictions et les établissements pénitentiaires du Burkina Faso et condamnent la violation de domicile et le désarmement de la garde du ministre de la justice par des émissaires du Syndicat.

Depuis le lundi 22 octobre 2018 et sur instigation du syndicat national de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (SYNAGSP), des Agents de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (GSP), observent disent-ils, un « mouvement d’humeur » en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail.

Si l’article 62 de la loi portant statut du personnel de la Garde de sécurité pénitentiaire conditionne l’exercice du droit syndical en son sein dans le respect des textes en vigueur, c’est bien parce que le législateur a voulu prévenir certains débordements.

Or, il est loisible de constater qu’à la faveur de l’action engagée par le SYNAGSP, quelques débordements et pas des moindres ont été enregistrés çà et là. De telles inconduites sont à regretter et la surenchère médiatique qu’elles occasionnent, mérite que certaines vérités soient connues.

En effet, consécutivement à l’adoption en 2014 de la loi portant statut du personnel de la GSP, un nouveau décret portant classement indiciaire a été adopté. Il fallait donc procéder au reversement de l’ensemble du personnel de la GSP dans la nouvelle grille indiciaire. Cependant, le mode de reversement prévu dans ledit décret a occasionné certaines distorsions dont la manifestation principale est que certains personnels pour le même grade et ayant totalisé plus de dix ans de service se soient retrouvés à un même niveau de classement indiciaire que d’autres ayant à peine cinq années de service. Cet état de fait avait commencé à susciter des tensions voire une grogne dans les rangs.

Dans le souci de corriger les insuffisances liées au reversement afin de préserver l’unité du commandement et des règles de discipline, des mesures exceptionnelles ont été prises notamment la signature des arrêtés de nomination des personnels de la GSP des corps des assistants et des contrôleurs. En ce qui concerne les inspecteurs, les actes de nomination ont été constatés par décret pris en conseil des ministres. A ce jour, le processus de régularisation de la situation des personnels de la GSP achoppe sur l’adoption des actes constatant les avancements dans les échelons. Au regard de l’incidence financière inhérente à ce type d’acte, leur approbation fait l’objet de discussions entre le Ministère en charge de la justice et celui chargé des finances.

Sur la question du matériel à propos de laquelle, certains esprits prennent un cynique plaisir à faire étalage d’un dénuement de la GSP, il n’en est rien. Si, effectivement au regard des enjeux sécuritaires, la situation n’est pas celle idéale, il convient de relever que l’administration a pris des mesures pour doter progressivement les services pénitentiaires en équipements spécifiques. Pour preuve, au titre de l’année 2018, le gouvernement a alloué un budget de 800 000 000 de francs CFA pour l’acquisition de matériel spécifique au profit de l’administration pénitentiaire. Le marché est en cours d’exécution.

La Direction Générale de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (DGGSP) observe avec beaucoup de regret les actions du SYNAGSP qui paralysent les juridictions et les établissements pénitentiaires du Burkina Faso, violant ainsi les droits constitutionnels des personnes détenues de se faire entendre par le juge. Elle condamne avec la plus grande fermeté la violation de domicile et le désarmement de la garde du ministre de la justice par des émissaires du SYNAGSP. L’administration pénitentiaire en appelle à la conscience des manifestants. Le fil du dialogue doit être renoué si l’on veut très vite sortir de cette mauvaise passe.

La DGGSP présente ses excuses à toutes les personnes éprouvées d’une manière ou d’une autre. Elle voudrait rassurer que des dispositions sont en train d’être prises pour pallier cette situation profondément regrettable et ramener la sérénité dans les rangs.

Division de la Communication et des Relations Publiques /DGGSP

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé