Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

Le quatrième anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ont été au centre des échanges du point de presse traditionnel de l’opposition politique burkinabè ce mardi 30 octobre 2018 au siège du Chef de file de l’opposition politique (Cfop). 

A l’instar de l’année passée, l’opposition politique burkinabè, ne commémorera pas l’an 4 de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. C’est ce qui ressort de ce point de presse animé par Jean Hubert Bazié, président de la Convergence de l’Espoir et Mamadou Kabré président du Parti républicain pour l'indépendance total (Prit-Lannaya). 

Selon les conférenciers, le régime ferait mieux  de faire un effort substantiel pour régler le problème pour lequel la population a pris d’assaut les artères de la ville de Ouagadougou. «Il y a deux ans le Cfop a organisé une rencontre à l’occasion du deuxième anniversaire de l’insurrection et le président Zéphirin Diabré avait accédé à une requête du ministre Simon Compaoré à l’époque pour que la commémoration soit commune. Pour cela, nous avions mis en place un certain nombre d’activités. Si cette année nous n’avons pas parlé d’activités, c’est parce que nous sommes encore meurtris par le fait que ceux qui se sont sacrifiés et blessés lors de l’insurrection n’ont pas reçu l’estime nécessaire et nous estimons que l’ensemble des attentes du peuple sont loin d’être satisfaits» s’est exprimé Mamadou Kabré, président du Prit-Lannaya. 

A entendre les conférenciers, il n’y a pas nécessité de commémorer un anniversaire à travers des marches et toute autre forme de jubilation en dehors de la réflexion. Ils souhaiteraient  plus de considération pour les victimes de l’insurrection populaire. «Le MPP, ce parti insurgé est au pouvoir mais les blessés et les familles des victimes sont gérés de manière inhumaine. Il a fallu des pressions multiples pour que l’appareil d’Etat s’occupe de la santé des handicapés. Quant aux morts, ils attendent toujours qu’on leur rende justice et des familles sont toujours dans le désespoir» s’indigne Jean Hubert Bazié.

De l’avis des conférenciers, le chemin emprunté par le nouveau pouvoir n’est pas celui qui avait été tracé par les insurgés, les fortes espérances du peuple ont été oubliées, les vieux réflexes ont produit leurs effets donc, «manifestement, il y a eu une trahison et le nouveau pouvoir s’est entouré de copains et de coquins» ont-ils conclu. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé