Aujourd'hui,
URGENT
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu

Photo: Oméga Fm

POLITIQUE

15 octobre 1987-15octobre 2018, cela fait 31 ans que le président Thomas Noel Isidore Sankara et ses douze compagnons ont été «assassinés». La commémoration de ce  31ème anniversaire a été marquée par la pose de la  première pierre de la construction du mémorial Thomas Sankara. Cette cérémonie symbolique s’est déroulée ce lundi 15 octobre 2018 au sein du Conseil de l’entente, lieu où le «père de la révolution» a été «assassiné».

L’occasion a été donnée à la famille, aux membres du gouvernement, aux amis et proches du président Thomas Sankara de remémorer le «sacrifice ultime» que le  président du Conseil national de la révolution a accepté d’assumer avec «lucidité, courage et dignité». «Cette cérémonie symbolique de la pose de la première pierre sur laquelle doit reposer la statue géante de Thomas Sankara et les bustes de ses douze compagnons est la matérialisation complète du réveil du phénix pour que tous ses héritiers de par le monde, aient un lieu de rencontre, d’inspiration, de ressourcement de l’idéal du président Thomas Sankara afin de continuer à oser inventer la lumière» a déclaré le colonel Bernard Sanou, président du comité international mémorial Thomas Sankara.  Selon lui, l’avènement  de  cet espace constituera un environnement assaini et de créativité ouvert à tous les hommes épris de paix, de fraternité et d’amour. 

De la statue qui sera érigée, l’artiste-sculpteur, Jean Luc Bambara a précisé que la construction s’effectuera en deux phases. «Elle sera géante de 5mètres  de long,  en bronze et  réalisée  à partir de la technique de la cire perdue, c’est la phase 1. En deuxième phase, la statue sera montée sur un socle en béton d’une hauteur de 3 mètres proportionnellement calculée pour qu’elle soit intégrée dans le plan final du mémorial. Ce sera un socle en forme pyramidale à 4 faces et sur chaque face sera disposée  des bustes en haut relief les visages incrustés des compagnons de Thomas Sankara» a-t-il expliqué. 

Parrain de cette commémoration, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme,  Abdoul Karim Sango a salué la mémoire du président «assassiné». «Il fut un grand panafricaniste qui a sacrifié sa vie pour l’homme noir et le continent africain. Je profite de cet instant pour saluer l’engagement de tous les patriotes qui œuvrent sans relâche partout dans le monde à perpétuer l’idéal pour lequel le président Thomas Sankara s’est battu. L’activité de ce matin est la preuve qu’il n’est pas mort» a laissé entendre le ministre Sango.

Le dernier acte de cette activité pleine en émotions a été marqué par la présentation du livre «Thomas Sankara, les témoignages en toute vérité» du journaliste Charles Kiendrébéogo. Ce premier ouvrage de l’auteur est la résultante de ses grands entretiens sur les ondes de Radio Burkina. Il s’agit pour l’auteur de laisser à la postérité des témoignages des acteurs directs de la révolution burkinabè. «Ce livre vient combler un grand vide» a conclu l’auteur. 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé