Aujourd'hui,
URGENT
Burkina Faso : Morgan Henry, un sergent-chef de Barkhane retrouvé mort dans son campement le 16 février. Cause inconnue, enquête ouverte. 
Burkina: Le Premier ministre, Christophe Dabiré, effectue, les 14 et 15 février 2020, une visite officielle dans la région du Sud-Ouest. 
Yagha: un Pasteur et des membres de sa famille -dont ses enfants- exécutés ce 13 février 2020  par des hommes armés non identifiés. 
Fada N'Gourma : 8 assaillants abattus et un autre capturé le 10 février 2020 dans l'attaque contre le poste de gendarmerie de Tanwalbougou.
Chine: le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a dépassé 20 400, le virus a tué 425 personnes.  
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale

POLITIQUE

Les militaires radiés suite aux mutineries  de  2011 ont tenu une conférence de presse ce jeudi 27 septembre  2018 au Centre national de presse Norbert Zongo (CNP/NZ). Cette conférence d’après eux,  a pour but d’informer l’opinion nationale et internationale sur leur situation en tant que militaires radiés et après un certain nombre d’actions entreprises et de médiations menées auprès des autorités et certaines institutions de la république.


Suite aux mutineries  de  2011  qui se sont caractérisées  par des actes de vols, de viols, de vandalisme etc., plus de 6OO  militaires ont été radiés de leurs postes. Des actions et médiations selon les conférenciers du jour ont été menées afin qu’il y ait une réconciliation nationale et qu’ils puissent réintégrer les rangs. «Parmi ces démarches, nous avons saisi le Haut-commissaire pour la réconciliation et l’unité nationale(HCRUN). Il s’est montré sensible et a plaidé pour notre cause en proposant au gouvernement notre reversement dans les ministères pour une reconversion à d’autres taches», a indiqué Hervé Tapsoba, porte -parole des militaires radiés. Il déplore  le fait que jusqu’à présent aucune décision n’ait  été prise dans ce sens par les autorités et cette situation les « inquiète et les met dans le désarroi».

Les conférenciers ont profité de cette rencontre  pour apporter un démenti formel à une campagne de désinformation et d’intoxication tendant à faire croire à l’opinion que certains d’entre eux refuseraient les propositions faites par le HCRUN. Pour le porte-parole, ceci n’a qu’un seul but : «nous diviser et décourager les personnes de bonnes volonté, sensibles et engagés  pour une issue heureuse à notre situation difficile.»

Concernant la situation sécuritaire nationale, les représentants des militaires radiés disent assister avec amertume à la recrudescence des attaques terroristes sans avoir la possibilité de prêter main forte à leurs frères d’armes. Par ailleurs, ils invitent leurs «camarades» à s’abstenir et à se démarquer de tous actes et comportements susceptibles  de ternir leur image d’anciens militaires et remettre en cause les acquis déjà engrangés par les accompagnements de bonnes volontés.

Faisant cas des rumeurs selon lesquelles les militaires radiés seraient à la base des attaques que vit le pays, ils disent avoir la position de tous ceux qui assistent à leur réunion sans pour autant pouvoir se prononcer sur le cas des autres. « Même dans une famille, si les enfants ne sont pas bien recadrés, il est difficile d’avoir la position juste de chacun. Donc nous ne pouvons pas nous prononcer sur tous. S’ils se trouvent qu’ils y a vraiment des anciens militaires parmi les terroristes, qu’ils rendent comptent devant la juridiction», a déclaré Tièba Farma,  l’un des conférenciers.

L’occasion a été saisie pour lancer un appel à l’ensemble de la classe politique à oublier les divergences politiques et à  resserrer les liens pour faire un front commun contre l’hydre terroriste.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé