Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

POLITIQUE

Dans un communiqué rendu public ce mardi 18 septembre 2018, le gouverneur de la région de l’Est a annoncé une série de mesure pour contrer la menace terroriste qui sévit  depuis plusieurs mois dans sa région. Il s’agit de l’interdiction de la circulation routière aux engins à deux roues et aux tricycles de 19 h à 5 h du matin et l’évacuation sans délai des orpailleurs installés anarchiquement dans les zones de chasses.

Le gouverneur a informé le « public que la circulation routière entre les villes et les villages de la région est formellement interdite aux usagers se déplaçant en engin à deux roues ou en tricycle de 19 heures à 5 heures du matin pour compter du mardi 18 septembre 2018 jusqu’à nouvel ordre ».

Outre cela, le communiqué indique que les véhicules automobiles de transports et de marchandises qui sont autorisés à circuler à n’importe quelle heure de la journée et de la nuit seront néanmoins « soumis à des contrôles stricts et rigoureux ».

L’autre grande mesure dont a fait mention le Colonel Ousmane Traoré est l’invite aux orpailleurs, installés clandestinement dans les zones de chasses, dans les zones pastorales, dans les parcs et forêts classés, à quitter sans délai les sites occupés. « Les orpailleurs sont invités à cesser toute activité sans délai et à libérer lesdits sites dans un délai de 24 heures pour compter de la diffusion du présent communiqué. Tout individu qui enfreindrait à ces prescriptions portera l’entière responsabilité des conséquences qu’il pourrait subir » a-t-il précisé.

En début septembre, le gouverneur avait  invité les populations à observer une plus grande prudence lors de leurs déplacements et à surtout signaler toute activité suspecte aux forces de sécurité.

En rappel, la région de l’Est est en proie depuis quelques mois à des attaques armées visant essentiellement les positions militaires et paramilitaires. Le mercredi 5 septembre, un véhicule des Forces armées nationales a sauté sur un engin explosif « commandé » dans la localité Bombontangou causant la mort de deux militaires. Dans la nuit du vendredi 14 au  samedi 15 septembre 2018, huit civils ont été tués dans deux attaques armés perpétrées dans les villages de Diabiga (60 kilomètres de Pama) et Kompienbiga (15 kilomètres de Pama).

Le président du Faso avait annoncé que l’Etat reprendra l’initiative dans la région de l’Est à l’issue d’unes session spéciale du Conseil supérieur de la défense nationale. L’acte à la parole, l’armée a annoncé avoir pilonné des bases terroristes à Pama et à Gayeri.   Selon un décompte fait par l’Agence d’information du Burkina (AIB), les attaques dans la région ont fait près de 20 morts depuis le début de l’année.

 

  

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé