Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

POLITIQUE

Le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) a refermé les portes de son 7e congrès ordinaire le samedi 15 septembre 2018 à Ouagadougou. Durant  3 jours (13 au 15 septembre),  les congressistes ont échangé autour du thème :  « face à la situation des droits humains caractérisée par la persistance de l’impudicité, de la vie chère et de l’insécurité, la multiplication des attaques terroristes, renforçons le MBDHP, dynamisons ses structures de base et approfondissons notre compréhension des droits humains à la lumière des acquis de l’insurrection populaire en vue de leur meilleure promotion la protection et défense au Burkina ».

140 délégués venus des 38 sections nationales du MBDHP et d’une section de l’étranger à savoir la Côte-d’Ivoire, ont pris part aux travaux du congrès. Les congressistes ont fait un tour d’horizon du contexte international, africain et national dans lequel se tient le 7e  congrès ordinaire  du mouvement avant de jeter un regard critique sur la situation des droits humains au Burkina Faso.

Faisant l’état des droits humains au Burkina Faso depuis la tenue du 6e congrès en novembre 2013, les congressistes ont noté et dénoncé de nombreux cas d’atteintes aux droits humains perpétrés sous plusieurs formes. 

Sur le plan des droits et politiques, ils disent avoir enregistré la multiplication des attaques terroristes qui causent des atteintes au droit à la vie et à l’intégrité physique des personnes  ainsi que la destruction des biens publics et privés ; la remise en cause des libertés démocratiques sous prétexte de restauration de l’autorité et de lutte contre l’incivisme à travers la criminalisation des luttes populaires etc.

« Nous avons dépeint sur le plan des droits économiques, sociaux et culturels une situation tout aussi difficile caractérisée par les atteintes au droit de l’alimentation de millions de burkinabè confrontés à une crise alimentaire ; la paupérisation accrue de larges couches populaires confrontées à la baisse continue de leur niveau de vie et à l’incertitude du lendemain ;  les coupures intempestives d’eau et d’électricité ; les difficultés d’accès aux soins de santé, à l’éducation, à des logements décents ; le chômage des jeunes etc.», a fait remarquer le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré.

Considérant la situation sécuritaire marquée par la multitude d’attaques terroristes qui ont causé plusieurs pertes en vies humaines, les participants ont condamné les attaques terroristes et dénoncé l’incapacité du pouvoir à garantir le droit des populations à la sécurité. Ils ont aussi apporté « leur soutien fraternel » aux jeunes soldats qui luttent avec bravoure et dans des conditions difficiles pour la protection des personnes et leurs biens ; dénoncé et condamné les interventions militaires étrangères au Burkina et exigé le démantèlement des bases militaires notamment françaises et américaines.

Au terme des travaux, le congrès a adopté des résolutions pour dynamiser des structures de base du MBDHP. Considérant la nécessité de consolider les acquis du mouvement sur la base des leçons de l’insurrection populaire et de la résistance victorieuse au putsch de septembre 2015,   ils se sont engagés à dynamiser les structures de base et à œuvrer à la préservation des acquis du mouvement orientés essentiellement sur l’éveil des consciences, l’élargissement des espaces de liberté et l’accompagnement des populations dans leurs luttes pour le changement.

Un panel sur le thème « écueils à la construction d’un état de droit véritable au Burkina Faso »  suivi d’un concert musical pour un soutien aux luttes populaires pour la liberté et la justice ont  mis fin à ce congrès ordinaire dans la soirée du  samedi.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé