Aujourd'hui,
URGENT
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal
Immigration: record de 71 millions de déplacés et de réfugiés dans le monde en 2018
France: l’ex-président Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption dans l'affaires des «écoutes»
Burkina: 17 civils tués dans une attaque terroriste à Béléhédé dans le département de Tongomayel (Province du Soum)

POLITIQUE

La situation nationale et la rentrée politique du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)  ont été abordées lors de la conférence de presse du parti au pouvoir ce vendredi 14 septembre 2018 à Ouagadougou. Les échanges ont été animés par le président par intérim  du parti, Simon Compaoré, le 2e vice-président Clément Sawadogo et Lassané Savadogo, secrétaire exécutif.

Placée sous le thème : « Surmonter le défi sécuritaire et réussir la mise en œuvre du PNDES (plan national de développement économique et social) dans l’unité et la discipline », la rentrée politique du MPP débutera  ce samedi 15 septembre 2018.  Cette rentrée sera essentiellement marquée par des assemblées générales des différentes composantes du parti à savoir : l’Union nationale des anciens ; les militants des marchés et yaars, du secteur informel, des secteurs structurés et des jeunes, etc.

En outre,  l’activité majeure  sera la grande  assemblée générale du MPP prévue pour le samedi 22 septembre 2018 à la maison du peuple qui sera présidée par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Selon le président par intérim  du MPP, Simon Compaoré : « cette rentrée se tient au moment où le MPP est en train d’achever le renouvellement de ses structures. L’on note des soubresauts par endroits qui sont comme vous le savez inhérents à tout renouvellement de structures ».

Une grande place pour la jeunesse

Les conférenciers du jour ont assuré que la jeunesse, lors de ces activités et dans la gestion du parti  ne sera pas laissée  pour compte. 

Le secrétaire exécutif du parti,  Lassané Savadogo a affirmé  qu’ « il y a des efforts qui sont faits constamment pour la prise en compte de la jeunesse et pour leur  responsabilisation. Nous avons tenu compte de la dimension jeune et la jeunesse du MPP n’a pas meilleur avocat pour la gestion de ses intérêts qu’elle-même dans son souci de pérenniser le parti, d’adapter la gouvernance aux réalités sociales. Nous voulons que le parti demeure  plusieurs années  alors nous devons savoir faire un bon mariage entre les générations ».

La situation sécuritaire au centre des échanges

La question du défi sécuritaire a été abordée au cours de cette rencontre. Le ministre en charge de la Sécurité et par ailleurs 2e vice-président du parti, Clément Sawadogo, quant à lui, s’est exprimé à ce sujet sur ces mots :« Beaucoup de gens pensent que le gouvernement n’a pas suffisamment doté les forces de défense et de sécurité de moyens adéquats. Je voudrai dire que le gouvernement s’est battu et nous avons pris le pouvoir à un moment précis où l’armée revenait de loin et complètement désarmée. Nous avons travaillé courageusement et patiemment pour outiller notre armée qui aujourd’hui est digne de ce nom sinon nous ne serions pas ici aujourd’hui. Plus de 1600 soldats ont été déployés dans la zone du nord,  plus de 800 hommes dans l’Est et plus de 400 présumés terroristes sont dans nos geôles… donc il ne faut pas penser que nous ne travaillons pas ».

Des « dignitaires » de l’ancien régime, selon les conférenciers seraient responsables  des tentatives de déstabilisation mais  ils ont  la conviction que la victoire du MPP  sera inéluctable.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé