Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: au moins huit personnes ont été tuées et dix autres blessées  dans un attentat à la voiture piégée, à Bogota
Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda, ils sont sains et saufs, selon les Nations unies (RFI)
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort
Justice: la CPI rejette la demande de maintien en détention de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et autorise leur libération immédiate
Burkina: un citoyen canadien a été enlevé sur un site d’exploration minière situé dans la pronvince du Yagha (Région du Sahel)
Brexit: les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit par 432 voix contre
Justice: la CPI acquitte Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et exige leur libération immédiate
Ouagadougou: un mort dans une explosion dans une villa contenant des substances explosives au quartier Silmiyiri (arrondissement 9)
Football: Salitas FC a été battu (1-0) par Al Nasr de Benghazi au match aller du tour de cadrage de la Coupe de la Confédération

Photo: présidence du Faso

POLITIQUE

La ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo a été reçue en audience ce lundi 10 septembre 2018 à Kosyam. Avec  le président du Faso, Roch Marc Christian Kabore,  les échanges ont portés sur la candidature de Louise Mushikiwabo au secrétariat général de  l’organisation internationale de la Francophonie et aussi des relations bilatérales entre les deux pays.

«L’Afrique a soutenu ma candidature à l’unanimité lors du dernier sommet africain en Mauritanie. Mais, il était très important pour moi de venir au Burkina Faso pour me présenter en tant que candidate mais aussi, pour recueillir la vision du chef de l’Etat et des autorités du pays par rapport à la Francophonie avant le sommet qui se tient dans un mois», a expliqué Louise Mushikiwabo à sa sortie d’audience.  

Etant une  candidate africaine, la ministre rwandaise se dit devoir   porter les ambitions et les valeurs des membres africains «quand bien même que l’organisation n’est pas africaine mais plutôt internationale». Après avoir visité d’autres pays en Europe, au Moyen Orient, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda a jugé important d’écouter les Etats membres.  

Par ailleurs, cette visite était une occasion pour elle d’échanger avec le président du Faso et le ministre des Affaires étrangères burkinabè Alpha Barry, sur les relations bilatérales entre le Burkina Faso et son pays. Parce que, explique–telle «nous sommes une organisation qui va vers les 50 ans donc, une partie de mon projet c’est de nous focaliser vers des actions précises et concrètes. Donc il était important pour moi de passer au Burkina Faso». 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé