Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu son 2ème congrès ordinaire le week-end dernier sous le thème «UPC: stratégie pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité». Ce congrès qui vise non seulement à renouveler les instances dirigeantes du parti, mais aussi et surtout à réfléchir sur les stratégies idoines pouvant permettre au parti du «Lion» de parvenir au pouvoir en 2020, a connu la présence de personnalités non des moindres. Notamment, Eloi Sanou, président de la fédération UPC de France et représentant l’ensemble des délégations européennes et Gilbert Noel Ouédraogo, président de l’ADF/RDA. Pour le premier cité, le vote des Burkinabè de l’étranger reste et demeure une préoccupation majeure.


Edouard Sanou, président de la fédération UPC de France
«C’est un congrès essentiel pour notre parti. Le thème choisi est combatif et prend date. Parce que si nous mettons en place l’ensemble des éléments combatifs qu’il faut à travers ce congrès, nous avons la possibilité d’accéder à la victoire en 2020. Il est question actuellement de modifier le code électoral et du vote de la diaspora. Nous pensons que les choses ne sont pas clairement dites et à l’heure qu’il est, on ne sait toujours pas dans quelle condition les Burkinabè de la diaspora voteront, qui va voter, avec quelle pièce, comment et dans quelles villes. Nous attendons donc de le savoir. Et la modification du code électorale sera faite dans ce sens-là. Nous restons très vigilants sur le contenu de ce code électoral et nous mettrons en place tout ce qu’il faut pour déjouer les pièges qui ont été mis en place par le parti au pouvoir. Le chef de l’Etat a pris l’engagement de faire voter les Burkinabè de l’étranger et nous allons donc lui faire confiance. Mais si jamais il ne respecte pas cet engagement de campagne électorale, nous comprendrons qu’il n’a pas de parole. Mais tout reste à savoir dans quelle condition cette promesse de campagne sera tenue. La citoyenneté est aussi liée au droit de vote et on est qu’un demi-citoyen si on ne vote pas. Donc il est important que le président du Faso qui est le garant de nos institutions, tiennent sa parole pour que tous les Burkinabè de la diaspora qui contribuent à la vie politique et sociale de notre pays, deviennent enfin des citoyens à part entière.»

Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA
«Nous devront continuer à travailler à renforcer l’opposition politique et nous devront apporter des réponses aux défis qui se posent à notre pays. Les défis sont nombreux, notamment la lutte contre le terrorisme, la sécurité, la réconciliation nationale, la lutte contre la corruption etc. Pour nous, on doit admettre le passeport, la carte nationale d’identité et la carte consulaire si les Burkinabè de l’étranger doivent voter. Car c’est vouloir exclure une partie des Burkinabè si on veut faire autrement. Nous allons ensemble, arrêter le meilleur schéma à même de nous permettre de conquérir le pouvoir en 2020. Parce que le chef de l’Etat s’est déjà déclaré candidat et les choses sont très clairs. Il appartient donc à l’opposition politique de savoir s’organiser pour aller à la conquête du pouvoir.» 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir