Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

POLITIQUE

A l’issue de leur 14ème conférence, les Ambassadeurs et Consuls généraux du Burkina ont eu un entretien à bâtons rompus avec le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, en milieu de matinée, à Ouagadougou. 

« La tenue de la 14e conférence des Ambassadeurs et Consuls généraux du Burkina Faso est une opportunité pour vous non seulement pour vous ressourcer sur l’ensemble des politiques menées au niveau du Burkina Faso, mais également de pouvoir situer les difficultés rencontrées dans l’exercice de vos missions », a déclaré à ses interlocuteurs le Président du Faso, à l’entame de son propos.

Le chef de l’Etat, tout en félicitant ses représentants à l’extérieur pour le travail abattu dans leurs juridictions, leur a rappelé qu’ils sont un maillon essentiel de la politique économique du Burkina Faso. Une politique fondée sur le triptyque de la nécessaire dynamisation et le renforcement de la coopération internationale, la recherche permanente de nouveaux partenaires au développement et la nécessité de maintenir des relations apaisées et de fraternité avec les pays voisins et de la sous-région, a-t-il rappelé.

Pour ce faire, le Président Roch Marc Christian Kaboré a invité l’ensemble des diplomates tant au niveau central qu’à l’extérieur à avoir « une vision beaucoup plus affinée de la politique étrangère » et ce dans « un monde en proie à l’unilatéralisme et à l’effritement de la solidarité internationale ». 

C’est pourquoi il les a exhortés à mobiliser non seulement les pays avec lesquels le Burkina Faso entretient déjà des relations de coopération, mais également les éventuels partenaires et bailleurs de fonds pour accompagner le développement économique et social du pays

« Consolider la place du Burkina Faso en Afrique et dans le monde, renforcer la coopération bilatérale et multilatérale, travailler à l’intégration économique sous-régionale et africaine et promouvoir la paix dans le monde, tels doivent être les guides qui accompagneront nos différentes actions au plan diplomatique et au plan de nos relations dans le monde », a rappelé le Président du Faso à ses interlocuteurs.

Il a insisté sur la nécessité pour les Ambassadeurs et Consuls généraux de donner du Burkina Faso l’image d’un pays souverain, d’un peuple travailleur, intègre et qui, malgré les adversités, se bat pour son développement économique et social avec beaucoup de résilience. De même, dira-t-il, les diplomates doivent faire en sorte que les investisseurs potentiels intéressés par le Burkina Faso sachent que l’Etat assure ses missions dans les domaines de la sécurité et de la sûreté. 

Le Président Roch Marc Christian, avant d’inviter ses interlocuteurs à des débats francs sur leurs préoccupations, a fait remarquer qu’une rationalisation des effectifs dans les ambassades s’impose, du fait de la rareté des ressources.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé