Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

POLITIQUE

Le président  par intérim  du Conseil supérieur de la Communication (CSC), Dieudonné Désiré Comboïgo  a rendu une visite de courtoisie au président de la Commission électorale nationale  indépendante(Ceni) Newton Ahmed Barry ce mardi 26 juin 2018. L’audience  entre les deux présidents d’institutions s’inscrit dans le cadre des préparatifs des élections de 2020 et du peaufinage  des « indispensables » collaborations entre les deux structures selon la loi électorale.

Cette  rencontre officielle  est une première pour  Newton Ahmed Barry et Dieudonné Désiré Comboïgo depuis que ce dernier est en responsabilité au niveau du CSC. L’occasion était donnée aux deux responsables de discuter et voir comment affiner les  collaborations par rapport aux élections prévues en 2020.  « Le CSC s’occupe des questions de communication et de régulation de la communication   au moment du processus électoral. Et comme  vous le savez, au niveau de la Ceni,  la communication est un élément essentiel parce qu’il faut permettre au citoyen d’être informé  sur  les enjeux parce qu’un vote c’est d’abord l’information avant la décision. C’est pour cela que les deux institutions collaborent sur cette matière électorale »a affirmé Newton Ahmed Barry.

A la question de savoir quelles  dispositions seront  prises au niveau du  CSC pour accompagner efficacement la Ceni, le président exerçant la plénitude des attributions du président  du CSC a fait comprendre aux journalistes  qu’il est un peu trop tôt pour parler des mesures.  

Cependant, les grands principes  étant  connus, ils se mettront  dans le sillon  de ces principes pour déterminer quelles seront les modalités précises qu’il va falloir mettre en œuvre pour s’adapter au nouveau contexte. 

La question sur le vote des Burkinabè de l’étranger n’est pas restée en marge. Le président de la Ceni a rassuré que le processus est engagé et que ses collaborateurs attendent le vote de la loi électorale, faute de quoi le mécanisme ne peut pas se mettre en œuvre. « Le chef de l’Etat a annoncé cette semaine qu’il allait ré-convoquer  la majorité et l’opposition pour rediscuter sur la loi sur laquelle la Ceni a fait un certain nombre de proposition. Cette loi doit d’abord d’être adoptée en Conseil des ministres avant d’être envoyée à l’Assemblée nationale. Par conséquent, nous sommes en attente de cette loi» a indiqué in fine, le patron des élections du Burkina.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé