Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   
Niger: 6 Français et 2 Nigériens tuées dimanche par des hommes armés dans la zone de Kouré (sud-ouest du Niger). 
Tapoa: 5 personnes enlevées samedi sur l'axe Fada-Kantchari par des hommes armés ont été retrouvées saines et sauves dimanche. 
Bobo Dioulasso: 850 élèves de l’Enam en formation militaire au Groupement d’instruction des forces armées.
Fada: l’explosion d’un pneu provoque une débandade au marché de bétail. 
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré était ce matin l’invité de l’émission «100 minutes pour comprendre» de la radio privée Savane FM durant laquelle, il s’est exprimé en langue nationale mooré, dans le cadre de son bilan à mi- mandat.

L’émission qui a débuté à 8 h s’est déroulée en deux parties de 50 minutes chacune. Dans la première partie, Roch Marc Christian Kaboré a répondu aux questions des journalistes Soumaïla Rabo et Paul Gasbéogo de la Radiodiffusion et Télévision du Burkina (RTB). Dans la seconde, le chef de l’Etat a répondu aux questions des auditeurs de Ouagadougou et de l’intérieur du pays, qui avaient la possibilité d’appeler pendant l’émission.

Dans chacune des parties, l’occasion a été donnée au Président du Faso de répondre à plusieurs préoccupations. Elles concernent les inquiétudes liées à la saison pluvieuse capricieuse, au déficit alimentaire dans 22 provinces, la lutte contre le terrorisme, le Programme d’urgence pour le Sahel, la grogne sociale, le fonds commun, le Plan national de Développement économique et social, la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, les délestages, les écoles sous paillotes, l’eau potable, la crise au sein du Conseil supérieur de la magistrature, les lotissements, le dossier des militaires radiés…

A la fin de l’émission, le chef de l’Etat a réagi à la polémique au sujet de l’utilisation du mooré pour s’adresser aux burkinabè. Le Président du Faso a indiqué qu’il n’a jamais considéré que le mooré dépasse les autres langues du Burkina.
C’est la langue nationale qu’il maitrise le mieux, et a tenu à rassurer les burkinabè qu’il ne fait aucune discrimination.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir