Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

POLITIQUE

Ce communiqué des avocats de l’Etat burkinabè est une réponse aux propos tenus par les avocats de François Compaoré le 13 juin dernier à l’issue de l’audience consacrée à la demande d'extradition formulée par le Burkina Faso. Les avocats du frère cadet de Blaise Compaoré émettaient des doutes sur «la sincérité des pièces» complémentaire que l’Etat burkinabè doit fournir au tribunal.

«Dans un communiqué de presse en date du 13 juin 2018, les avocats de monsieur Paul François COMPAORE ont livré leur interprétation du délibéré de la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris ordonnant entre autres un complément d’informations dans l’affaire concernant la demande d’extradition formulée par le Burkina Faso à son encontre.

Ils concluent en indiquant qu’ils seront «extrêmement vigilants sur la sincérité des pièces à venir».

M. François COMPAORE et ses conseils sont libres de donner les interprétations qu’ils entendent aux décisions de justice et de déterminer leur stratégie de défense.

Ils ont également le droit d’être mécontents que la Cour ne les ait pas suivis dans leur demande d’émettre en l’état un avis défavorable et de lever la mesure de contrôle judiciaire.

Cependant, les sous-entendus de cette déclaration sont particulièrement insultants à l’égard du Burkina Faso et de ses institutions judiciaires.

Ils procèdent surtout d’une conception erronée et dépassée de la justice burkinabè qui n’est plus celle d’antan…

Comme annoncé à l’audience du 28 mars dernier, l’Etat du Burkina Faso fournira dans le délai imparti les éléments complémentaires utiles à l’examen par la Cour de la demande d’extradition dont elle saisit.

Tout ceci sera fait en conformité avec les règles de droit et dans le respect de l’indépendance du juge d’instruction en charge du dossier toujours en cours.»

Maitre Yves SAUVAYRE
Avocat au Barreau de Lyon
Maitre Anta GUISSE
Avocate au Barreau de Paris

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé