Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

POLITIQUE

La coordination des Syndicats du ministère en charge de l’Economie et des Finances a décidé d’observer sa première semaine de grève du 18 au 22 juin prochain. Elle estime que ce débrayage est lié à l’absence de « réaction franche de la part du gouvernement ». Selon cette déclaration publiée sur sa page Facebook, la Coordination indique qu’en cas de non satisfaction de sa plateforme, elle observera une autre semaine de grève du 25 au 29 juin prochain. Cette grève intervient après la suspension de leur sit-in prévu du 11 au 15 juin, dans le but de « donner une chance à la médiation » 

« Le 1er juin 2018, la Coordination des Syndicats du Ministère en charge de l’Economie et des Finances (CS-MEF) déposait un préavis de grève allant du 18 au 22 juin 2018 renouvelable du 25 au 29 juin 2018. Préalablement, un mot d’ordre de sit-in allait être observé du 11 au 15 juin 2018.

Le 08 juin 2018, la CS-MEF suspendait la semaine de sit-in afin de donner chance au dialogue. A la date du 17 juin 2018, il n’y a aucune réaction franche da la part du Gouvernement tendant à reprendre les discussions autour des préoccupations des travailleurs du MINEFID. Pire, suite à la Conférence des forces vives de la Nation sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l’Etat tenue du 12 au 14 juin 2018, le Gouvernement a décidé d’une part de remettre en cause des Protocoles d’accord et d’autre part de supprimer le FC (dans son principe comme dans sa philosophie). Ainsi, pendant que la CS-MEF se bat pour sécuriser les acquis des travailleurs du MINEFID à travers la lutte en cours, le Gouvernement continue dans sa logique de remise en cause de ces acquis.

De ce qui précède, les travailleurs du MINEFID (Douanes, Impôts, Trésor, Finances…) seront une fois de plus en grève du lundi 18 au vendredi 22 juin 2018 sur toute l’étendue du territoire national et dans les ambassades et consulats du Burkina Faso à l’étranger. A l’issue de ces 120 heures de grève, si le Gouvernement n’apporte pas de solutions aux préoccupations posées, le mot d’ordre sera reconduit du 25 au 29 juin 2018.

Tout en s’excusant auprès des usagers des services du MINEFID et des populations pour les éventuels désagréments que pourrait engendrer ce mot d’ordre de grève, la CS-MEF rappelle qu’elle n’est pas en lutte pour faire du tort à qui que ce soit mais plutôt pour obtenir du Gouvernement la résolution des préoccupations soumises au Chef de l’Etat depuis le 14 mars 2018. Par ailleurs, il réaffirme toute sa disposition au dialogue »

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé