Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Le procès du putsch manqué de 2015 de nouveau renvoyé au 29 juillet, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel. 
Football: Kamou Malo, précédemment coach de l'USFA, est le nouveau sélectionneur des Etalons (communiqué FBF).  
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France

POLITIQUE

Plus de 40% de la consommation électrique burkinabè provient de la Côte d’Ivoire, c’est ce qu’a affirmé le ministre en charge de l’Energie,   Bachir Ismaël Ouédraogo le 25 mai dernier sur sa page Facebook.

Pour le responsable du département de l’Energie, le problème électrique dont fait face  actuellement le Burkina Faso relève de sa dépendance de l’énergie venant de la Côte d’Ivoire. Ce pays fournit au Burkina 40 à 45 % de sa consommation en énergie.

« Aujourd’hui, nous sommes pratiquement à 300 MW et 120 MW viennent de la Côte d’Ivoire. Nous avons donc 40 à 45% de notre consommation qui vient de la Côte d’Ivoire. Quand un problème survient en Côte d’Ivoire, nous perdons 40 à 45% de notre production. Ce n’est pas soutenable. Il faut pouvoir diversifier». 

Selon le ministre  Bachir Ismaël Ouédraogo, l’Etat burkinabè ne peut pas à lui seul résoudre tous les problèmes.  Pour sortir de cette impasse, il estime que la solution idoine est la libéralisation du secteur, ce qui permettra à des producteurs indépendants de produire et de revendre leur énergie à la Sonabel.  Pour lui, cela est faisable d’autant plus que « la loi portant libéralisation du secteur de l’énergie au Burkina Faso, a déjà été votée à l’Assemblée nationale». 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé