Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

POLITIQUE

Suspendu le 9 mai dernier, le procès du putsch manqué a repris ce vendredi 25 mai 2018. Dès son ouverture, l’audience a de nouveau été renvoyée au mardi 12 juin 2018 pour le début des interrogatoires des accusés.

Pour l’audience de ce jour, le tribunal a statué essentiellement sur la demande de dessaisissement de l’avocat commis au général Gilbert Diendéré, Me Mamadou Keita et de celle du dessaisissement de Me Ibrahim Guitenga, commis pour défendre les accusés, Relwendé Compaoré et Nobila Sawadogo. 

Pour Me Keita, le général Diendéré a souhaité continuer avec ses anciens conseils qui se sont déportés. Par Conséquent, il estime qu’il ne peut pas continuer à défendre un accusé « qui ne veut pas de lui ». Quant à Me Guitenga, il a indiqué que les deux accusés qu’il doit défendre ont souhaité gardé la même stratégie de défense utilisée par leurs précédents conseils qui se sont déportés également. L’avocat a dit s’opposer à cette idée des prévenus donc, il souhaiterait que le tribunal le dessaisisse du dossier.  Autre point de l’audience du jour, les avocats commis d’office dernièrement pour la défense des 8 accusés qui n’avaient plus d’avocats ont demandé un report de l’audience, le temps pour eux de mieux s’imprégner du dossier. 

Par ailleurs, le Colonel Omer Bationo, l’un des accusés a informé le tribunal qu’il n’avait pas d’avocat.  Après une délibération d’une trentaine de minutes, le tribunal a décidé de renvoyer l’audience pour le mardi 12 juin 2018, le temps de permettre aux avocats commis d’office de mieux connaitre le dossier. Il a en outre informé l’assistance que l’interrogatoire des accusés débutera à cette date. Pour le cas de l’accusé Omer Bationo, le juge Seydou Ouédraogo l’a informé que des diligences seront prises pour le commettre un avocat avant la reprise du 12 juin.

Concernant les demandes de dessaisissement de Me Keita et de Me Guitenga, le tribunal a décidé que leur commission restait telle c'est-à-dire qu’ils sont maintenus comme avocats des accusés concernés. 

Pour la partie civile, les décisions du tribunal sont satisfaisantes surtout que l’interrogatoire des accusés va débuter le 12 juin 2018. « Dès  lors que le tribunal a décidé de s’assumer, on pourra rentrer bientôt dans les choses sérieuses (…) C’est le fond du dossier que nous attendons depuis longtemps pour savoir qui a fait quoi ? Et qu’est ce qui s’est réellement passé ? Le temps des incidents de procédure a été suffisamment long mais comme nous l’avons dit depuis le départ, il y a un jour pour faire le dilatoire et il y a un aussi un jour pour répondre des faits » a fait savoir Me Guy Hervé Kam,  l’un des avocats de la partie civile.

L’audience a été suspendue avec l’examen des demandes de libertés provisoires formulées par certains accusés. Le mardi 12 juin 2018, le procès entamera en principe un tournant décisif à savoir le début de l’interrogatoire des accusés qui répondront des faits à eux reprochés.  

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé