Aujourd'hui,
URGENT
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone
RDC: déraillement meurtrier d’un train dans le Tanganyika, plus de 50 morts
Burkina: des organisations syndicales se démarquent de la journée nationale de protestation initiée par l'Unité d'action populaire
Burkina:  l’UPC invite le gouvernement «à reprendre sans délai les négociations avec les syndicats de la santé»

POLITIQUE

Le 27 janvier dernier, le gouvernement a signé un protocole d’accord avec la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE). Quatre mois après, la CNSE fait le point de la mise en œuvre des engagements pris. C’était à travers une conférence de presse ce vendredi 25 mai 2018 à la bourse du travail de Ouagadougou.


En rappel, ledit protocole d’accord avait été bâti autour de quatre points sur la plateforme revendicative de la CNSE. Il s’agit notamment de l’adoption d’un statut valorisant des personnels de l’éducation et de la recherche ; l’amélioration de l’accès à l’éducation ; l’amélioration des conditions de travail et la revalorisation de la fonction enseignante. Les points d’accord auxquels la CNSE était parvenue avaient suscité un espoir pour les travailleurs de ce secteur d’activités  ainsi que pour les parents d’élèves et les élèves, note     windyam Zongo, coordonnateur de la CNSE.

De l’ensemble de ces points, plusieurs ont connu un début ou entière exécution. Au titre des points d’engagement qui ont été entièrement mis en œuvre, la CNSE note le paiement des arriérés de salaire des ex-formateurs aux métiers des Centres d’éducation de base non formelle ; la tenue de la conférence des enseignants au bureau, l’opérationnalisation de la Direction générale de l’éducation non formelle et l’octroi de bourses aux élèves admis à l’entrée en 6è et en 2nd.

Sur certains points liés à l’amélioration de l’accès à l’éducation qui comprend huit engagements, l’amélioration des conditions de travail  pour une efficacité du système éducatif qui en comporte 24 et la revalorisation de la fonction enseignante avec 18 engagements, le gouvernement selon les conférenciers, fait état de réflexions qui seraient en cours. Si certains points connaissent un début d’exécution, d’autres par contre sont au statuquo. Il s’agit de la reconstitution de carrière des personnels des ex-garderies populaires ; la création des emplois des corps des chefs d’établissement et des laborantins et les conclusions de la réflexion pour une solution structurelle au CEBNF.

Estimant que ce qui reste à faire est «énorme», la CNSE attire l’attention du gouvernement sur la situation et l’invite à hâter le pas dans la mise en œuvre de ce protocole d’accord.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé