Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

POLITIQUE

Le 27 janvier dernier, le gouvernement a signé un protocole d’accord avec la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE). Quatre mois après, la CNSE fait le point de la mise en œuvre des engagements pris. C’était à travers une conférence de presse ce vendredi 25 mai 2018 à la bourse du travail de Ouagadougou.


En rappel, ledit protocole d’accord avait été bâti autour de quatre points sur la plateforme revendicative de la CNSE. Il s’agit notamment de l’adoption d’un statut valorisant des personnels de l’éducation et de la recherche ; l’amélioration de l’accès à l’éducation ; l’amélioration des conditions de travail et la revalorisation de la fonction enseignante. Les points d’accord auxquels la CNSE était parvenue avaient suscité un espoir pour les travailleurs de ce secteur d’activités  ainsi que pour les parents d’élèves et les élèves, note     windyam Zongo, coordonnateur de la CNSE.

De l’ensemble de ces points, plusieurs ont connu un début ou entière exécution. Au titre des points d’engagement qui ont été entièrement mis en œuvre, la CNSE note le paiement des arriérés de salaire des ex-formateurs aux métiers des Centres d’éducation de base non formelle ; la tenue de la conférence des enseignants au bureau, l’opérationnalisation de la Direction générale de l’éducation non formelle et l’octroi de bourses aux élèves admis à l’entrée en 6è et en 2nd.

Sur certains points liés à l’amélioration de l’accès à l’éducation qui comprend huit engagements, l’amélioration des conditions de travail  pour une efficacité du système éducatif qui en comporte 24 et la revalorisation de la fonction enseignante avec 18 engagements, le gouvernement selon les conférenciers, fait état de réflexions qui seraient en cours. Si certains points connaissent un début d’exécution, d’autres par contre sont au statuquo. Il s’agit de la reconstitution de carrière des personnels des ex-garderies populaires ; la création des emplois des corps des chefs d’établissement et des laborantins et les conclusions de la réflexion pour une solution structurelle au CEBNF.

Estimant que ce qui reste à faire est «énorme», la CNSE attire l’attention du gouvernement sur la situation et l’invite à hâter le pas dans la mise en œuvre de ce protocole d’accord.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé