Aujourd'hui,
URGENT
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril
Nécro: décès de Benoît Kambou, l’ambassadeur du Burkina au Tchad

POLITIQUE

Suspendu le 6 avril dernier, le procès du putsch manqué a repris ce mercredi 9 mai 2018. L’audience avait été suspendue suites aux déports de 14 avocats de la défense. Le président du tribunal dans l’incapacité de continuer le procès avait renvoyé l’audience à ce jour, le temps de permettre au bâtonnier de l’ordre des avocats de commettre d’office d’autres avocats pour défendre les accusés dont les conseils se sont déportés. 

A l’ouverture de l’audience, le tribunal a informé l’assistance qu’il a reçu deux nouvelles lettres de déport. Il s’agit de Me Paul Kéré et de la SPC/Somé. Ceux deux avocats assuraient la défense de 8 accusés. Avec ces nouveaux déports, 8 nouveaux accusés se retrouvent sans avocats. Par ce fait, il devenait impossible pour le tribunal de continuer le procès. Le renvoi était à nouveau à l’ordre du jour.

Par ailleurs, les nouveaux avocats commis d’office pour la défense des 12 inculpés ont demandé aussi le renvoi du procès au mois prochain, le temps pour eux de prendre de plus amples connaissances sur le dossier. Par conséquent, ils ont demandé au tribunal le renvoi de l’audience. 

Après délibération, le tribunal a renvoyé l’audience pour le 25 mai 2018 pour permettre d’une part au bâtonnier de commettre des avocats pour la défense des 8 inculpés et d’autre part donner un temps aux autres avocats de mieux connaitre le dossier. Insuffisant, estiment les avocats commis d’office qui espèrent que le 25 mai, le tribunal va de nouveau renvoyer.

«  Le délai qu’on nous a donné de prendre connaissance du dossier n’est pas suffisant mais nous ne doutons pas un seul instant qu’à cette audience, il y aura un autre renvoi. Comme vous l’avez constaté, il y a un groupe de 8 accusés qui n’avait pas de Conseil. De notre point de vue, ce délai de deux semaines est juste pour permettre à ces huit personnes d’avoir des avocats et c’est à la suite de cela, qu’on va donner un temps supplémentaire suffisant à tous les avocats commis d’office pour prendre connaissance du dossier » a fait savoir Me Arnaud Sampembré.  

En marge de cette audience, le tribunal s’est prononcé sur la demande de mise en liberté provisoire de deux accusés : Faïçal Nanema et Abdoul Karim Bagagnan. Le tribunal a rejeté lesdites demandes. Il a également statué sur la demande d’autorisation de sortie du territoire de l’accusé, Adama Ouédraogo dit Damiss. Le tribunal s’est déclaré incompétent pour accorder ce type d’autorisation.

L’audience reprendra le vendredi 25 mai 2018 à 9 heures. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé