Aujourd'hui,
URGENT
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)

POLITIQUE

Au cours de la conférence de presse de lancement de la 15ème édition de la biennale de l’artisanat africain, la présidente du conseil d’administration du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (Siao), Sétou Compaoré est revenue  sur l’affaire dite de «malversations financières de 251 millions au Siao». Selon Mme Compaoré, «le dossier est entre les mains de la chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Ouagadougou et suit son cours normal.»

«Il faut dire que ces malversations financières ne sont pas liées à l’organisation du Siao 2016. C’est une affaire qui date de longtemps. Je voudrais préciser que lorsque nous avons eu connaissance des manquements, nous avions porté plainte au niveau du Tribunal de grande instance de Ouagadougou contre notamment l’agent comptable du Siao et un des caissiers. Le dossier a été jugé par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou et les deux ont été condamnés parce qu’ils ont reconnus les faits. Mais, il faut dire qu’actuellement, ils ont fait appel de cette décision et le dossier se trouve actuellement au niveau de la Chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Ouagadougou», a expliqué Sétou Compaoré.

Et le directeur général du Siao, Dramane Tou, d’apporter des précisions: «beaucoup ont laissé croire que ce sont les recettes de l’édition 2016 qui ont été mouta mouta. Ce n’est pas le cas. Cela a été un phénomène qui a commencé en 2012 dont la découverte a pu être faite en 2017 grâce à l’action conjuguée de la direction générale, du conseil d’administration et des corps de contrôle. Actuellement, les fautifs sont en train de purger leur peine en attendant que toutes les questions soient vidées».

Pour mémoire, cette révélation avait «choqué» le président du Faso qui avait «sommé» les agents soupçonnés de fournir les preuves de l’usage effectif de ces fonds ou de leur réception (...), au plus tard le 15 mai de cette année.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir