Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

POLITIQUE

Le secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), Bassolma Bazié était face aux journalistes ce jeudi 19 avril 2018 pour se prononcer sur le discours du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba sur la situation de la nation le 12 avril dernier devant les députés.


Selon Bassolma Bazié, le discours de Paul Kaba Thiéba était «un semblant de monologue ennuyant et ennuyeux» aussi bien dans la forme que dans le fond. «Le Burkina Faso est dans quelle direction», se demande M. Bazié. Tout en rappelant les propos du PM le 18 avril 2017 qui disait «le Burkina is back», le syndicaliste se demande comment un Premier ministre puisse dire dans un autre discours quelques jours après, que «le Burkina est en marche» alors que lui-même ne maitriserait pas le rang qu’occupe le Burkina sur les 188 nations. «C’est hilarant mais en même temps douloureux que le Premier ministre demande aux uns et aux autres pour se situer sur le rang qu’occupe son pays dans le concert des nations. Finalement vers quelle direction nous marchons ? Marchons-nous vers la pendaison d’autant que ceux qui se pendent aussi marchent pour aller se pendre», martèle Bassolma Bazié.

Sur l’appel incessant du Premier ministre à l’union et à la réconciliation nationale, Bassolma Bazié estime qu’il faut respecter le triptyque vérité, justice et réconciliation pour que le Burkina se développe et qu’il ne faut pas ramener les choses aux individus. «On ne peut pas parler d’union sacré, de réconciliation dans le mensonge, l’hypocrisie et la démagogie.» Bassolma Bazié ne manque pas de revenir sur le manque de «courtoisie et d’humilité politique» du chef du gouvernement lors de cet exercice. Pour M. Bazié, la majeure partie des couches sociales et bien d’autres acteurs, n’ont pas joué franc jeu avec l’avenir du pays depuis l’assassinat du journaliste Norbert Zongo en 1998. «C’est comme si chacun avait des oignons à protéger au point où on sentait un montage tout fait qui a laissé des lendemains assez douloureux à notre pays», rappelle le syndicaliste. Occasion toute trouvée pour lui de donner l’exemple des militaires radiés à qui la justice a donné raison mais que certains hauts gradés refuseraient l’intégration au sein de l’armée. «Comment comprendre qu’on parle de réconciliation sans justice ?», se demande-t-il.

«Les gens ne mangent pas les chiffres»

Sur le plan économique, Bassolma Bazié estime qu’il est bien d’égrainer les chiffres mais qu’il faut que cela colle avec la réalité sur le terrain. «Il n’y a pas de Burkinabè qui a dit que le Premier ministre a évoqué tellement de chiffres qu’il n’a plus faim. Les gens ne mangent pas les chiffres. Il n’y a pas de malade qui a quitté son lit d’hôpital parce que des chiffres ont été évoqués par le PM à l’hémicycle», fait remarquer M. Bazié. Le syndicaliste va plus loin d’ailleurs en faisant un calcul. De ce calcul, Bassolma Bazié conclu que les chiffres évoqués par Paul Kaba Thiéba ne collent pas avec les prévisions en recouvrement annoncées par le gouvernement le 5 février 2018. «Il y a une différence de 7.782.000.000 FCFA entre les prévisions à recouvrer annoncées par le gouvernement le 5 février 2018 et ceux indiquées par Paul Kaba Thiéba le 12 avril dernier. Il y a donc un problème. On monte des chiffres pour retourner la population contre les travailleurs et ce n’est pas normale», s'offusque M. Bazié. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé