Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

POLITIQUE

Ce vendredi 6 avril 2018, le procès du putsch manqué devait aborder le fond du dossier avec le début de l’interrogatoire des accusés. Sitôt ouverte, l’audience a été  suspendue et renvoyée au 9 mai 2018, le temps de permettre au bâtonnier de l’ordre des avocats de commettre d’office d’autres avocats pour défendre les accusés dont les conseils se sont déportés.

Au  total, 14 avocats dont deux commis d’office se sont déportés, c'est-à-dire qu’ils ne sont plus à mesure de défendre leur client. Selon l’Agence d’information du Burkina, les avocats qui se sont déportés ont évoqué dans leurs différentes lettres de déport «des raisons de convenance personnelle» et «des indices d’un procès inéquitable». Avec ces déports, 12 accusés se retrouvent sans avocats dont dix qui avaient des avocats choisis et deux qui avaient des avocats commis d’office. 

Le parquet militaire a estimé que l’audience ne peut pas se poursuivre en l’absence des avocats de la défense qui ont droit obligatoirement à des conseils parce qu’il s’agit d’une affaire criminelle. Par conséquent, le procureur militaire a demandé que l’audience soit suspendue, le temps que le bâtonnier puisse commettre des avocats pour la défense des deux accusés. Aussi, il a demandé que les dix accusés qui avaient des conseils choisis puissent se choisir d’autres avocats ou le cas échéant, qu’on leur commette aussi des  avocats commis d’office.  Le président du tribunal a accédé donc à la requête du parquet et l’audience reprendra le mercredi 9 mai 2018.

Pour Me Prospère Farama, avocat de la partie civile, les arguments avancés par les avocats de la défense ne sont pas légitimes. Outre cela, il a laissé entendre que l’impression qu’il a est que les avocats de la défense voulaient depuis le début « paralyser » la conduite du procès. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé