Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: lancement d’un programme d’approvisionnement en eau pour plus d’un million de personnes (AIB)
Etats-Unis: l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)

image d'archives

POLITIQUE

Ceci est une déclaration de la Coordination des syndicats du ministère en charge de l’Economie et des finances (CS-MEF) relative aux 48 heures de grèves (4 et 5 avril) qu’elle a décrété. Dans ladite note, la coordination répond au communiqué gouvernemental du mardi 3 avril dernier qui invitait les syndicats « à s’inscrire dans l’approfondissement des concertations propices à la satisfaction de ses préoccupations ».

« Le mardi 03 avril 2018, le Gouvernement a publié un communiqué suite au maintien par la Coordination des Syndicats du Ministère en charge de l’Economie et des Finances (CS-MEF) de son mot d’ordre de grève des 04 et 05 avril 2018. 

Dans son communiqué, le Gouvernement informe qu’au regard des réponses apportées lors des négociations tenues les 28, 29 et 30 mars 2018, il y a des points de convergences sur l’ensemble des préoccupations de la CS-MEF sauf deux (02) points à savoir les questions relatives aux réformes et de l’adoption de statuts sécurisants pour les personnels du Ministère de l’économie, des finances et du développement (MINEFID). Par conséquent, tout en invitant les travailleurs du MINEFID à se désolidariser du mot d’ordre de grève, le Gouvernement brandie les menaces de sanctions contre les travailleurs qui seront en lutte ! En dépit de ces menaces, le Gouvernement informe qu’il est disposé au dialogue !

Par le présent, la CS-MEF entend apporter un démenti formel au communiqué du Gouvernement qui n’a pas traduit fidèlement la réalité des faits. En effet, la CS-MEF tient à informer l’ensemble des travailleurs du MINEFID et l’opinion publique les éléments suivants :

- il n’y a pas encore de convergences de points de vue entre le Gouvernement et la CS-MEF sur les points de revendication, objet du préavis de grève des 04 et 05 avril 2018. De ce fait, aucun procès-verbal n’a été signé entre le Gouvernement et la CS-MEF ;

- le Gouvernement clame sa disponibilité au dialogue. La CS-MEF doute de cette disponibilité. En effet, au soir du 30 mars 2018, c’est la délégation gouvernementale qui avait demandé une suspension des négociations et il a proposé de revenir à la CS-MEF. De ce jour jusqu’à la date du présent communiqué soit quarante-huit (48) heures, le Gouvernement n’est plus revenu à la CS-MEF pour une quelconque reprise des négociations ! 

- des menaces de sanctions à l’encontre des grévistes : il s’agit des intimidations afin de démobiliser les travailleurs du MINEFID en lutte pour de meilleures conditions de vie et de travail. La CS-MEF dénonce ces menaces qui constituent une atteinte aux libertés démocratiques et syndicales. 

Au lieu de se pencher conséquemment et sans-faux fuyant sur les justes et légitimes préoccupations des travailleurs du MINEFID afin d’éviter qu’un Ministère aussi sensible que stratégique aille en grève, le Gouvernement a opté pour la diversion et le dilatoire comme il avait fait avec l’affaire des fonds communs dès le dépôt du préavis de grève de la CS-MEF.

La CS-MEF invite tous les travailleurs du MINEFID à observer dans la discipline le mot de grève des 04 et 05 avril 2018. Par ailleurs, tout en réitérant sa disposition au dialogue, elle porte à l’attention du Gouvernement et du Peuple qu’elle se battra résolument jusqu’à l’examen satisfaisant de sa plateforme revendicative.

 

Pour la CS-MEF,

Le Président de mois,

Mathias KADIOGO

SG/SYNATRAD

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé