Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

POLITIQUE

La justice française dira le 13 juin 2018 si elle accepte la demande d'extradition formulée par le Burkina Faso à l'encontre de François Compaoré, frère cadet  de l'ancien président Blaise Compaoré.

A l'audience, ses avocats ont dénoncé des failles dans cette demande d'extradition et demandé qu'elle soit écartée. Me Pierre-Olivier Sur a ainsi balayé l'existence de documents qui, selon la justice burkinabè, incrimineraient son client, mais n'ont à ce jour pas été transmis à la justice française.

"Si vous n'avez pas ces documents, au bout de dix mois, c'est que ces documents n'existent pas", a-t-il martelé.

L'avocat a également plaidé le risque de voir la peine de mort s'appliquer à son client, en dépit des assurances fournies par le Burkina Faso pour que cette sanction ne soit pas requise contre M. Compaoré et, le cas échéant, pas exécutée si elle devait être prononcée par la justice burkinabè.

Egalement au cœur des débats, un arrêt de la Cour africaine des droits de l'Homme et des peuples de 2014, condamnant le Burkina Faso pour avoir manqué de diligence dans son enquête sur l'assassinat de Norbert Zongo et de trois de ses compagnons dans leur véhicule à Sapouy (sud du Burkina).

L'avocate représentant le Burkina Faso, Me Anta Guissé, a soutenu que c'est notamment en raison de cet arrêt que le dossier avait été rouvert par la justice burkinabè. "Ce qui vous est demandé, c'est que la justice burkinabè puisse faire son travail", a-t-elle ajouté à l'audience, relevant que François Compaoré s'était "soustrait" à cette justice en quittant le pays.

A l'inverse, Me Mathias Chichportich, qui défendait lui aussi François Compaoré, a fait valoir que, selon cet arrêt, M. Compaoré avait bien été entendu par la justice de son pays en tant que témoin et qu'il ne pouvait pas être reproché à l'Etat burkinabè, alors dirigé par son frère, d'avoir fait obstruction à la justice à cet égard.

L'avocate générale avait pour sa part demandé un complément d'informations, relevant notamment un manque de pièces dans le dossier pour pouvoir statuer.

Inculpé d'incitation à assassinat dans l'affaire du journaliste Norbert Zongo tué le 13 décembre 1998, alors qu'il enquêtait sur la mort de son chauffeur, François Compaoré, frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré, a été arrêté le 29 octobre 2017 à Paris suite au mandat d’arrêt international lancé par la justice burkinabè, avant d’être placé sous contrôle judiciaire.

Source : AFP/TV5 Monde

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé