Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

A la reprise du procès ce lundi 26 mars 2018 à 16 heures, le tribunal a statué sur les deux mémoires soumis à son appréciation par les Conseils de la défense en début de l’audience ouverte dans la matinée vers 8 heures 40 minutes. Après cela, l'audience a été suspendue. Elle reprendra ce mardi 27 mars 2018.

Concernant l’exception de nullité de la procédure soulevée par les avocats de Gilbert Diendéré, le tribunal a indiqué qu’il était incompétent sur le sujet et a demandé à la partie de saisir la chambre criminelle de la Cour de cassation. 

Par ailleurs, le tribunal a prononcé la nullité de la citation à comparaître de deux accusés car violant le principe du droit de la défense. Cependant, pour toutes les requêtes demandant d’annuler l’arrêt de renvoi, le tribunal a déclaré son incompétence et à inviter les avocats à saisir également la Chambre criminelle de la Cour de cassation. 

En ce qui concerne la requête portant suspension de l’audience avec la saisine de la Cour de cassation par les avocats de la défense contestant la compétence du président du tribunal, il indiqué n’avoir pas encore reçu la notification de saisine de la  Cour de cassation jusqu’à présent. Par conséquent, il a estimé que le procès pouvait continuer dans l’attente de la réception de ladite notification. Si cette notification avait été transmise au tribunal, ce dernier serait dans l’impossibilité de continuer le procès. Il allait être suspendu dans l’attente de la décision de la Cour de cassation concernant la compétence du juge Seydou Ouédraogo et de son conseiller à connaitre ce dossier.

Dans la foulée, le président du tribunal a suspendu l’audience. Elle reprendra ce mardi 27 mars 2018 à 9 heures avec l’examen de la liste des témoins cités par les différentes parties.

Ouvert le 27 février dernier, le procès du putsch manqué de septembre 2015 est actuellement à l’étape des débats de procédures. C’est une fois les vices de formes et de procédures  évacués qu’interviendra le débat sur le fond de l’affaire.

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé