Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

POLITIQUE

Les travaux des journées parlementaires du CDP qui se déroulaient le 2 mars dernier à Bobo-Dioulasso ont été suspendus suites aux attaques qu’a connues la ville de Ouagadougou. Trois semaines après ces attaques, le groupe parlementaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) mène une journée d’information et de réflexion sur la mise en œuvre du Pndes et la problématique de l’endettement du Burkina Faso. La cérémonie d’ouverture de cette journée a eu lieu ce vendredi 23 mars 2018 au siège du parti à Ouagadougou.

«Le Pndes et sa mise en œuvre: quel bilan à mi-parcours?» et «la problématique de l’endettement du Burkina Faso: état des lieux et perspectives» sont les thèmes qui devraient être débattu lors des premières journées parlementaires 2018 à Bobo-Dioulasso. Pour Blaise Sawadogo, président du groupe parlementaire CDP, la mise en œuvre du Pndes suscite de nombreuses interrogations voire des inquiétudes d’où, le choix de ces deux thèmes qui seront au centre des échanges. 

A écouter le président du groupe parlementaire, «le Pndes est en train d’être mis en œuvre et, c’est tout à fait normal que nous en tant que citoyens, nous cherchons à savoir à quelle étape on est. Quels sont les acquis. Et, ensemble après analyse, on verra quelles sont les insuffisances dans la mise en œuvre de ce programme. Nous ferons des propositions et tout en étant très critique parceque c’est dans le sens d’attirer l’attention des initiateurs de ce programme afin que les choses sont recadrées et recentrées sur les intérêts et préoccupations des populations» a-t-il expliqué. 

M. Sawadogo et ses camarades disent  relever quelques inquiétudes dans la mise en œuvre du Pndes. Du point de vue du groupe parlementaire CDP,  le financement du Pndes cause problème. «Il n’y a pas mal d’annonces, de chiffres qui sont donnés. Mais, par moment, on se demande si finalement ce sont des acquis ou nous sommes toujours en attente du financement du Pndes» s’interroge-t-il. 

Le groupe parlementaire dit «toujours s’inquiéter par rapport à la réalité». «Il faut aussi souligner que même dans la pratique, par moment, nous nous demandons si la mise en œuvre du Pndes s’agit véritablement de projets qui ont été bien élaborés et planifiés dans le cadre du Pndes ou bien il s’agit simplement d’achever ce que certains ont déjà commencé en terme de recherches de financement, de conception et de planification» a lancé M. Sawadogo tout en estimant «qu’au regard de cette propagande faite autour de ce programme, il y a lieu pour eux en tant que députés de se pencher sur cette question».

Pour le groupe parlementaire, à priori, ils pensent que le Pndes demeure simplement une annonce. «Nous ne voyons pas une perspective certaine par rapport au Pndes lui-même. Mais, pour être davantage plus critique et objectif dans l’appréciation, il y a lieu  que nous puissions échanger avec ceux-là qui sont au centre de la mise en œuvre de ce programme. C’est pour cela que nous avons souhaité échanger avec le secrétaire permanent du Pndes qui nous donnera un certain nombre de données objectives qui nous permettront de manière objective d’apprécier la situation» a dit M. Sawadogo

S’agissant de l’état des lieux et perspectives des endettements, le président du parti, Eddie Komboïgo a laissé entendre qu’«on s’endette pour investir». A ce titre, il indique que «si des objectifs à moyen et long terme, et un canevas strict à suivre ne sont pas bien définis, «tout endettement que nous faisons est voué à l’échec. C’est pourquoi aujourd’hui, il faut une analyse de spécialistes et une vision  pour le Burkina Faso par rapport à la question» a-t-il conclu.  

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir