Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Ceci est une déclaration de l’association le Tocsin sur les attaques terroristes du 2 mars dernier au Burkina Faso.



Depuis pratiquement trois ans, un défi est lancé au peuple du  Burkina Faso. Notre pays est régulièrement victime d’attaques terroristes. Le Soum est devenu une province d’insécurité. Les populations y sont harcelées au quotidien. Ouagadougou, la capitale, a enregistré trois attaques très meurtrières. Le nombre de victimes ne fait que s’allonger ; les dégâts matériels sont énormes. Les questions qui effleurent l’esprit se résument en Qui, Comment et Pourquoi ? Ces réseaux terroristes veulent créer la panique et la psychose ; ils tentent de déstabiliser nos institutions et de déstructurer notre société. Ils en veulent à notre démocratie et à nos choix souverains de nos amis et de nos partenaires. Ils procèdent par l’endoctrinement des jeunes, les radicalisent et les envoient perpétrer les attaques terroristes. Ils les constituent en kamikazes. Les forces du mal diffusent la haine, l’intolérance, l’obscurantisme, le fanatisme, l’inhumanité et la mort. Le peuple burkinabè leur oppose la tolérance, la paix, la diversité d’opinion et de religion, la laïcité, la démocratie, l’hospitalité, la vie, toutes des vertus et des valeurs qui sont des gages de développement harmonieux, équitable et inclusif. Les fondations de la nation burkinabè sont solides. Notre modèle de société promeut les valeurs liées à la vie, à la liberté, à l’égalité.

Fort de ce qui précède, Le TOCSIN condamne fermement et vigoureusement ces attaques barbares, lâches et sauvages.
Le TOCSIN présente ses condoléances sincères et attristées aux familles endeuillées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.
Le TOCSIN lance un appel pressant aux communautés étrangères vivant au Burkina Faso, aux Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur à se serrer les coudes et à tout mettre en œuvre pour combattre cette gangrène du terrorisme.

Le TOCSIN a pleinement confiance au peuple burkinabè qui montrera sa capacité à faire face à l’adversité et à triompher de l’ennemi. Ce peuple est attaqué, mais il restera debout et vaincra.
Le TOCSIN demande expressément aux jeunes de faire le choix de la vie et de rejeter l’extrémisme et l’aventurisme sans issue. Ils doivent opposer un refus catégorique à toute approche d’embrigadement.

Le TOCSIN apporte son soutien sans réserve aux vaillantes forces de défense et de sécurité. Elles sauront utiliser les meilleures stratégies pour nous protéger.
Le TOCSIN demande aux plus hautes autorités de mettre tout en œuvre pour éradiquer cette tragédie épouvantable. Nous appelons tous les pays africains à s’unir davantage pour combattre cette montée du terrorisme. Les Burkinabè veulent vivre en paix dans une Afrique et un monde en marche vers le bien-être de tous.
Tous pour le combat de la solidarité et de l’intégration.

Pour le Bureau Exécutif, le Président
Arouna SAVADOGO
Commandeur de l’Ordre du Mérite

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé