Aujourd'hui,
URGENT
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 

POLITIQUE

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso s'est ouvert ce mardi devant la Chambre de jugement du tribunal militaire, délocalisée pour la circonstance à la salle des banquets de Ouaga 2000. Au total, 84 personnes, dont 66 militaires et 18 civils, devraient comparaitre pour s’expliquer. Parmi les 84 accusés, il y a les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup.

Les débats ont tout de suite achoppé sur des questions de forme, notamment la désignation des trois juges accesseurs qui doivent siéger aux côtés du président.

Parmi les accusés, il y a deux généraux. Ils doivent donc être jugés par des officiers de grade égal ou supérieur, conformément à l’article 15 du Code de justice militaire qui stipule que «la désignation des juges militaires est soumise au respect de la hiérarchie dans les forces armées. Le juge de même grade que le prévenu doit être plus ancien. Si cette condition ne peut être remplie, il est désigné un juge du grade immédiatement supérieur. S’il y a plusieurs inculpés de différents grades ou rangs, le grade ou le rang le plus élevé détermine la désignation des juges.»

Problème, la plupart des généraux du Burkina sont cités comme témoins. Ils ne peuvent donc pas siéger comme juges. Seul le général Tinga Robert Djigemdé est coopté.

Le général Kwamé Lougué est lui aussi disqualifié: ses proches et lui seraient convaincus que Gilbert Diendéré est responsable des blessures du général Lougué après son annonce de prise de pouvoir sur le plateau de la RTB.

Le procureur militaire demande alors qu’une réquisition soit prise pour désigner ces juges parmi les subalternes. Ce que rejette la défense des accusés.

Autres exception soulevée par la défense, les accusés ne peuvent pas comparaitre devant la "chambre de jugement" puisque celle-ci n'existe plus, remplacée en 2017 par la "chambre de première instance."

Elle pose aussi le problème de légalité du président de la chambre au motif qu’aucune trace de sa nomination ni de son installation dans le journal officiel.

Les avocats de la défense se sont finalement retirés de la salle, entrainant la suspension de l’audience. Ils contestent la légitimité du président de la Chambre de première instance du tribunal militaire, dont le décret de nomination daterait du 22 février dernier. Pour la défense, il faut 8 jours pour que cette loi entre en vigueur, ce qui n’est pas le cas d'après elle.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé