Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

POLITIQUE

Pour le réseau international "Justice pour Sankara justice pour l'Afrique", la désignation du juge français Cyril Paquaux pour exécuter la commission rogatoire internationale demandée en octobre 2016, en même temps que la levée du secret défense, par le juge burkinabè François Yaméogo est une avancée significative dans la recherche de la vérité sur l’assassinat du président Sankara.

«Après la promesse du président français Emmanuel Macron de déclassifier les documents « secret défense » sur l’assassinat de Thomas Sankara, le juge français Cyril Paquaux, vice-président du Tribunal de Grande Instance de Paris (TGI) a été désigné pour exécuter la commission rogatoire internationale demandée en octobre 2016, en même temps que la levée du secret défense, par le juge burkinabè François Yaméogo.

C’est une avancée significative dans la recherche de la vérité et de la justice que nous saluons.

C’est le résultat d’une longue campagne entamée après la volte-face de la commission des droits de l’homme de l’ONU en 2008 qui avait abandonné l’interpellation du Burkina. Cette campagne a donné lieu à des centaines de réunions publiques et des rassemblements sur la voie publique dans de nombreux pays, à deux pétitions rassemblant respectivement plus de 14000 et près de 7000 signatures, à deux demandes d’enquête parlementaire auprès de l’Assemblée nationale française, à des dizaines de conférences de presse et de communiqués de presse, à diverses tribunes libres, et autres interventions dans les médias etc.

Par ailleurs, l’insurrection massive du peuple burkinabè, chassant Blaise Compaoré du pouvoir en 2014, a été déterminante dans la décision d’ouvrir une enquête au Burkina Faso, dont cette commission rogatoire est une retombée.

Le juge Paquaux va donc poursuivre l’instruction en France par des auditions de personnes susceptibles d’apporter des éléments sur une éventuelle implication de la France dans l’assassinat du président Thomas Sankara. C’est le complément indispensable à la levée du secret défense. Dans notre précédent communiqué (voir à http://thomassankara.net/declassification-documents-lassassinat-de-thomas-sankara-veillerons-a-promesse-soit-tenue/), nous avons rappelé que par le passé, s’agissant de promesses concernant différentes autres affaires, l’Etat français n’avait déclassifié que partiellement. Seules les auditions, en France, de témoins-clés voire d’acteurs de l’époque peuvent permettre de confronter certaines informations, et mettre à jour celles qui pourraient ne pas figurer dans les archives transmises à la justice.

Fort de cette nouvelle avancée,

- Nous exigeons que la Côte d’Ivoire procède sans tarder à l’extradition de Blaise Compaoré vers le Burkina Faso.

- Nous demandons une nouvelle fois à la France, dont l’armée a exfiltré Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire en 2014, d’intervenir auprès du gouvernement de la Côte d’Ivoire pour qu’il soit procédé à cette extradition.

- Nous exhortons toutes les personnes de France disposant d’éléments permettant de faire la lumière sur une éventuelle participation française à l’assassinat de Thomas Sankara à demander à se faire entendre par le juge Cyril Paquaux.

- Enfin nous invitons la presse à poursuivre la médiatisation de cette affaire afin qu’elle ne tombe pas dans l’oubli ? et les journalistes qui suivent ce dossier à poursuivre leurs investigations pour contribuer plus encore à la recherche de la vérité.»

Le réseau international "Justice pour Sankara justice pour l'Afrique"

Le 15 février 2018 à Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Dori, Dakar, Paris, Ajaccio, Ottawa, Las Palmas, Madrid, Turin …
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé