Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

POLITIQUE

Le bureau national du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a animé, ce jeudi 8 février 2018, à son siège à Ouagadougou, une conférence de presse. L’objectif était d’échanger avec la presse sur un certain nombre de sujets d’actualité parmi lesquels le récent remaniement gouvernemental intervenu le 31 janvier dernier.

D’entrée de jeu, les conférenciers ont salué ce remaniement qui, selon le président par intérim du MPP, Simon Compaoré, par ailleurs ministre d’État auprès de la présidence du Faso depuis ce dernier remaniement, permettra de renforcer la dynamique porteuse de résultats concrets.

S’agissant du bilan du gouvernement Thieba II dont d’aucuns jugent insatisfaisant, les responsables du MPP contestent cette thèse. «Nous, nous le refusons parce qu’aucun indicateur de notre pays établi un bilan insatisfaisant ou insuffisant de notre gouvernement» a affirmé le 2e vice président du parti, Clément Sawadogo. Bien au contraire, précise-t-il, «les indicateurs de réalisation du PNDES indique que le pays a réalisé un taux de croissance qui est passé de 4% à 6,5% en 2017». Pour le parti au pouvoir, «on ne peut pas se permettre de dire que le gouvernement a échoué, parce que le pays revient de loin».

Sur les critiques relatives à sa présence au gouvernement, Simon Compaoré, président intérimaire du parti, a laissé entendre qu’il est un jeune ministre et qu’il « y en a qui sont des habitués, parce qu’ils ont occupé des postes ministériels depuis des régimes précédents. Moi, j’ai été deux fois ministre, mais c’est récent». Dans un air humoristique, il souligne que «la fonction de ministre est une mission, ce n’est pas une sinécure. Quand on parle de remaniement, vous voyez les gens qui courent partout».  Pour lui, être ministre, ce n’est donc pas quelque chose d’extraordinaire, c’est juste une mission qu’on reçoit. Il dit se porter bien dans sa nouvelle robe. «En tout cas, moi, je me porte bien dans ma nouvelle robe qui m’a été taillée» lance-t-il.

En ce qui concerne la question sur la déclaration du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ex parti au pouvoir, relative du remaniement, le secrétaire exécutif du MPP, Lassané Savadogo a affirmé que le «CDP s’est trahi à travers leur déclaration ». 

«Il faut qu’il pousse plus loin leur réflexion. Si le MPP échoue que deviendra le CDP?» s’est interrogé M. Sawadogo avant d’ajouter que «leur déclaration nous amène à doubler de vigilance car, il y a des gens qui ne veulent pas que le pays avance». Et le 2ème vice-président de mentionner «qu’il y a beaucoup d’efforts développés au niveau CDP pour mettre les bâtons dans les roues du MPP».

Par ailleurs, les conférenciers du jour ont abordé le procès à venir du général Gilbert Diendéré qui s’ouvrira le 27 de ce mois.  Simon Compaoré a révélé qu’il y a «des adversaires qui sont en train de s’organiser dans les quartiers périphériques pour semer des troubles le jour du procès ». Face à cela, Il « a rassuré que tout ce qui se fomente sera démantelé».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé