Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

POLITIQUE

Le président de Le Faso Autrement, Ablassé Ouédraogo, considère, dans cette tribune, que le dernier remaniement gouvernemental au Burkina Faso est un non évènement, en ce sens que, selon lui, le Chef de l’Etat et son Premier Ministre n'ont procédé qu'au jeu de chaises musicales dans ce remaniement.

«Le dernier remaniement du gouvernement Thiéba intervenu le 31 janvier 2018 est un non évènement. Le peuple burkinabè vit une situation extrêmement difficile tant sur le plan sécuritaire, que sur le plan socio-économique.

Cette situation n'épargne aucune couche sociale. Les Burkinabè avaient tous eu l’espoir de croire que le Chef de l'État les avait compris et pris la mesure des réelles difficultés de la nation, et surtout qu'il constituerait une équipe gouvernementale à même d'apporter des solutions à leurs difficultés et de répondre à leurs profondes aspirations.
 
La désillusion est totale et générale puisque malheureusement, le Chef de l’Etat et son Premier Ministre n'ont procédé qu'au jeu de chaises musicales dans ce remaniement. Les intérêts partisans et les arrangements de chapelle ont été une fois encore plus importants que ceux du peuple souverain, qui pourtant leur a confié son pouvoir.
 
Nous prenons acte tout simplement et appelons les filles et fils du Burkina Faso à rester vigilants et attentifs à l’action de cette équipe gouvernementale par rapport aux préoccupations qui nous sont chers à tous, peuple valeureux et intègre du Burkina Faso: les conditions socio-économiques et sécuritaires, une justice équitable et un avenir meilleur. Chacun d’entre nous devra en toute âme et conscience, savoir tirer les conséquences qui s’imposeront le moment venu.
 
Pour notre part, nous restons attachés à la réconciliation nationale, une impérieuse nécessité pour le Burkina Faso, que nous appelons de tous nos vœux et à laquelle nous convions toute la classe politique nationale et toute la nation.»

«Rien n’arrête une idée arrivée à son heure»

OUAGADOUGOU, le 01 février 2018
Le Président
Dr Ablassé OUEDRAOGO   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir