Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

POLITIQUE

Après plusieurs tractations, entre l’ensemble des syndicats de la santé et le gouvernement, la « fumée blanche » est sortie du Premier ministère dans la nuit de ce 31 janvier 2018. Les différentes parties se sont félicitées d’être parvenues à un dénouement de cette grogne sociale des agents de la santé. Selon elles, cet accord permettra un renouveau du système sanitaire.   

C’est désormais officiel, la grille salariale des agents de la santé connaitra une augmentation de 20%. C’est en partie ce qui ressort du protocole d’accord signé entre le gouvernement et les syndicats de la santé. Pour le chef du gouvernement, c’est le résultat d’un travail sans relâche effectué par toutes les parties. « Ce protocole est très important parce qu’il permettra d’opérationnaliser la loi sur la fonction publique hospitalière », a indiqué Paul Kaba Thiéba. Selon lui, cette loi apportera « un souffle nouveau, une nouvelle dynamique » au système de santé.  

Pour lui, il s’agit d’un « accord équilibré » qui va motiver le personnel concerné et qui permettra ainsi d’obtenir des soins de qualités, des soins hospitaliers beaucoup plus performants que par le passé. C’est également ce qui ressort des propos des agents de la santé, par l’entremise de Hamadi Konfé du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha). Ce dernier estime que cette signature de l’accord constitue une avancée pour la fonction publique hospitalière.   

Par ailleurs, ces responsables syndicaux souhaitent que des actions concrètes suivent cet acte. «Nous osons croire que ce n’est pas un protocole d’accord de plus. Parce qu’il y en a tellement, qui sont en attente d’être exécutés », a indiqué M. Konfé. Toutefois et à en croire celui-ci, il est question d’un « consensus » avec tous les partenaires sociaux et les différents ministères. 

Cependant, il ne s’empêche pas de prévenir, « c’est bien qu’on soit parvenu à signer ce protocole d’accord sur les grilles salariales et les grilles indemnitaires de la fonction publique hospitalière. C’est bien à préciser parce que c’est seulement sur ces projets, que nous avons signé l’accord. (…) Nous sommes à présent dans l’attente de son application. Mais disons que ça ne vient pas résoudre tous les problèmes ».

A propos de l’accord, la grille salariale connaitra une augmentation de 20%. Et avec le gouvernement, les syndicats ont  concédé que cela s’effectue en deux tranches ; à savoir 10% pour l’année 2018 et également 10% pour 2019. Au niveau indemnitaire, il en sera de même pour ce qui est du procédé. Mais ici, il est question de 50% pour chaque année. La grille indemnitaire prend en compte la situation géographique, la formation spécialisée et les risques de contamination. Par ailleurs, à propos de l’augmentation de l’indemnité de garde, elle est opérationnelle depuis janvier 2018.

Tout en se réjouissant de cet accord au nom du gouvernement, Paul Kaba Thieba a réaffirmé l’ambition de son équipe. Laquelle ambition est de « parvenir à travers le dialogue social, à toujours trouver des compromis avec les acteurs sociaux ». Cependant, l’ensemble des syndicats de la santé, n’entendent pas baisser les bras. C’est à juste titre que Hamadi Konfé, affirme que si la partie gouvernementale ne respecte son engagement, « nous allons aviser et décider de la conduite à tenir ».   

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé