Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Après plusieurs tractations, entre l’ensemble des syndicats de la santé et le gouvernement, la « fumée blanche » est sortie du Premier ministère dans la nuit de ce 31 janvier 2018. Les différentes parties se sont félicitées d’être parvenues à un dénouement de cette grogne sociale des agents de la santé. Selon elles, cet accord permettra un renouveau du système sanitaire.   

C’est désormais officiel, la grille salariale des agents de la santé connaitra une augmentation de 20%. C’est en partie ce qui ressort du protocole d’accord signé entre le gouvernement et les syndicats de la santé. Pour le chef du gouvernement, c’est le résultat d’un travail sans relâche effectué par toutes les parties. « Ce protocole est très important parce qu’il permettra d’opérationnaliser la loi sur la fonction publique hospitalière », a indiqué Paul Kaba Thiéba. Selon lui, cette loi apportera « un souffle nouveau, une nouvelle dynamique » au système de santé.  

Pour lui, il s’agit d’un « accord équilibré » qui va motiver le personnel concerné et qui permettra ainsi d’obtenir des soins de qualités, des soins hospitaliers beaucoup plus performants que par le passé. C’est également ce qui ressort des propos des agents de la santé, par l’entremise de Hamadi Konfé du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha). Ce dernier estime que cette signature de l’accord constitue une avancée pour la fonction publique hospitalière.   

Par ailleurs, ces responsables syndicaux souhaitent que des actions concrètes suivent cet acte. «Nous osons croire que ce n’est pas un protocole d’accord de plus. Parce qu’il y en a tellement, qui sont en attente d’être exécutés », a indiqué M. Konfé. Toutefois et à en croire celui-ci, il est question d’un « consensus » avec tous les partenaires sociaux et les différents ministères. 

Cependant, il ne s’empêche pas de prévenir, « c’est bien qu’on soit parvenu à signer ce protocole d’accord sur les grilles salariales et les grilles indemnitaires de la fonction publique hospitalière. C’est bien à préciser parce que c’est seulement sur ces projets, que nous avons signé l’accord. (…) Nous sommes à présent dans l’attente de son application. Mais disons que ça ne vient pas résoudre tous les problèmes ».

A propos de l’accord, la grille salariale connaitra une augmentation de 20%. Et avec le gouvernement, les syndicats ont  concédé que cela s’effectue en deux tranches ; à savoir 10% pour l’année 2018 et également 10% pour 2019. Au niveau indemnitaire, il en sera de même pour ce qui est du procédé. Mais ici, il est question de 50% pour chaque année. La grille indemnitaire prend en compte la situation géographique, la formation spécialisée et les risques de contamination. Par ailleurs, à propos de l’augmentation de l’indemnité de garde, elle est opérationnelle depuis janvier 2018.

Tout en se réjouissant de cet accord au nom du gouvernement, Paul Kaba Thieba a réaffirmé l’ambition de son équipe. Laquelle ambition est de « parvenir à travers le dialogue social, à toujours trouver des compromis avec les acteurs sociaux ». Cependant, l’ensemble des syndicats de la santé, n’entendent pas baisser les bras. C’est à juste titre que Hamadi Konfé, affirme que si la partie gouvernementale ne respecte son engagement, « nous allons aviser et décider de la conduite à tenir ».   

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé