Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: lancement d’un programme d’approvisionnement en eau pour plus d’un million de personnes (AIB)
Etats-Unis: l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)

POLITIQUE

Le procès du général Gilbert Diendéré et 83 autres personnes soupçonnées d’avoir trempé dans le putsch de l’ex Régiment de sécurité présidentielle contre les autorités de la transition en septembre 2015 débute le 27 février 2018 selon un communiqué du procureur militaire, Alioun Zanré.

Ce procès ouvert au public, se tiendra dans la salle de banquet de Ouaga 2000. M. Diendéré et ses coaccusés sont poursuivis pour attentat à la sureté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens appartenant à autrui, trahison, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline militaire, violence et voies de fait sur autrui, ou de complicité de ces infractions.

En septembre 2015, alors que le président de la transition, Michel Kafando, son premier ministre Yacouba Zida, et des membres du gouvernement étaient séquestrés, Gilbert Diendéré avait pris la tête du Conseil national pour la démocratie (CND), la junte qui prétendait mettre fin à la transition dirigeant le pays depuis la chute en octobre 2014 de Blaise Compaoré, renversé par un soulèvement populaire.

Lors des manifestations contre les putschistes qui avaient suivies, une quinzaine de personnes ont été tuées. 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé