Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

POLITIQUE

Dans un communiqué daté de ce 12 janvier 2018, le Chef de file de l’opposition politique apporte son soutien et celle de toute l’opposition aux syndicats réunis au sein de la Coordination nationale  des syndicats de l’éducation. Pour le Cfop, la lutte engagée par les enseignants est « légitime et bien fondé ».

« Du 09 au 11 janvier 2018, à l’appel de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), les travailleurs de l’éducation et de la recherche étaient en grève pour la satisfaction de leur plateforme revendicative. 

Cette grève a connu un large succès, toute chose qui témoigne de la profondeur du mécontentement dans le rang des enseignants et des chercheurs. Elle fait suite à une série de grèves et de sit-in, par lesquels la CNSE a tenté  d’attirer l’attention de nos dirigeants sur la situation de ses membres.

Déjà, lors du discours du nouvel an du CFOP, et à diverses autres occasions, l’Opposition politique a manifesté son soutien indéfectible aux syndicats de travailleurs en lutte pour de meilleures conditions de vie et de travail. 

Par le présent communiqué, l’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche. Pour l’Opposition, leur  lutte  est légitime et fondée. Elle les assure de sa solidarité pleine et entière.

L’Opposition politique regrette l’allure que prend actuellement ce bras de fer entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement. Notre système éducatif, déjà en panne, traverse là l’une des crises les plus aigues de son histoire. Si cette situation perdure, les principaux perdants seront nos enfants, eux dont l’avenir doit être la priorité de nos priorités.

L’Opposition invite par conséquent le pouvoir en place (même si certains de ses animateurs affirment avec dédain avoir envoyé leurs enfants étudier hors du Burkina) à tout mettre en œuvre pour trouver une solution à cette crise. 

Elle dénonce les propos  tenus par certains membres du gouvernement, dans des tentatives vaines d’opposer les vaillants enseignants au  reste du peuple burkinabè. 

Plus que jamais, l’opposition invite le gouvernement à trouver une issue rapide à la crise, car il y va de l’avenir de nos enfants.

L’Opposition tiendra le gouvernement du MPP et alliés pour responsable d’une éventuelle mauvaise issue de cette crise, notamment si celle-ci devait entrainer un blanchiment de l’année académique.  

Ouagadougou, le 12 janvier 2018

Le Chef de file de l’Opposition politique,

Zéphirin DIABRE"

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

La mise en œuvre des recommandations de la conférence nationale des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat peut-elle mettre fin aux grèves à répétition au Burkina?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé