Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»
Vatican: le pape François se rendra aux Emirats arabes unis en février 2019 où il participera à une rencontre inter-religieuse
G5 Sahel: plus de 1 300 milliards de F CFA (2 milliards d'euros) mobilisés pour le financement du programme d’investissements prioritaires
Rwanda: l'opposante Diane Rwigara et sa mère acquittées d'incitation à l'insurrection
Burkina Faso: la justice française autorise l'extradition de François Compaoré, frère cadet de Blaise Compaoré, poursuivi dans l'affaire Norbert
Burkina: les syndicats de l'éducation appellent les enseignants à suspendre de toute forme d’évaluation pour compter de ce lundi 3 décembre
Région de l'Est: la gendarmerie déjoue une embuscade et abat 6 assaillants sur l’axe Fada-Bougui (lefaso.net). 
Etats-Unis: le 41e président américain, George H. W. Bush, est décédé ce vendredi 30 novembre 2018 à l'âge de 94 ans

POLITIQUE

Le secrétaire permanent du G5 Sahel, Najim Elhadj Mohamed a annoncé ce lundi  8 janvier 2018 à Bamako au Mali que la force conjointe a pu mobiliser à ce jour la somme de 280 millions d’euros (environ 180 milliards de F CFA) sur un budget total de 423 millions d’euros (environ 277 milliards de FCFA). Son annonce est intervenue à l’issue d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères, de la Défense et des experts du G5 Sahel tenue dans la capitale malienne.

Selon l’Agence d’Information du Burkina (AIB) citant le secrétaire permanent, cette rencontre, visait à examiner les mécanismes de création de mobilisation des contributions à la Force conjointe, le projet portant organisation et fonctionnement du comité de soutien et de contrôle de Force conjointe(FC), la mise en place d’un mécanisme de Communication et d’Information, etc.

La réunion a en outre décidé de mettre en place un fonds fiduciaire.  Pour encadrer la gouvernance de ce fonds, les ministres participants ont créé deux comités. L’un de soutien et l’autre appelé comité de contrôle. Le premier vise à examiner, avec les contributeurs, les besoins de la force conjointe. Le second, comme son nom l’indique, est un organe de contrôle et de gestion des fonds. Par ailleurs, la gestion ds fonds incombera entièrement aux pays du G 5 Sahel et non à l'Union Européenne. 

A ce jour donc, Najim Elhadj Mohamed a indiqué que le G5 Sahel a enregistré plus 280 millions d’euros, sur un budget prévisionnel de 423 millions d’euros, soit plus 62, 5% pour l’opérationnalisation de cette force conjointe. Ce financement a-t-il dit, permettra la pleine opérationnalisation de la force. 

Pour M. Najim, une fois la sécurité assurée, le développement devrait suivre pour en assurer la durabilité et la fiabilité, d’où la nécessité de prendre en compte des questions de jeunesse, des femmes, de la gouvernance, de la réalisation d’infrastructures accompagnée d’un programme d’investissement prioritaire : «Nous avons certes des problèmes de sécurité. Nous devons cependant redoubler d’efforts pour ne pas oublier les problèmes de développement qui sont les plus pressants ».

Pour le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali, Tiéman Hubert Coulibaly, cité par nos confrère de l’AIB, la démarche commune du G5 Sahel devrait s’articuler autour des leviers de maintien de la paix dans la préparation et le développement opérationnel de la force conjointe, du développement continu de l’interopérabilité des forces de défense et de sécurité d’une part et le maillage de partenariat avec les autres armées amies opérant dans la bande sahélo-saharienne.

Et pour ce faire, cela passe impérativement par des formules plus pragmatiques et rapides parce « que l’urgence sécuritaire est indescriptible ». Notons que les premières opérations conjointes débuteront en principe au mois de mars prochain.

Le « G5 Sahel» constitué du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad a été porté sur les fonts baptismaux le 16 février 2014. Ce regroupement a pour objectifs  de garantir des conditions de développement et de sécurité dans l’espace des pays membres, d’offrir un cadre stratégique d’intervention permettant d’améliorer les conditions de vie des populations et d’allier le développement et la sécurité. 

Source : AIB

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires  

#1 ISMAEL A DIALLO 10-01-2018 06:20
L’argent est nécessaire sans être l’essentiel.
Citer