Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

POLITIQUE

Le colonel Auguste Denise Barry a été déposé le 3 janvier 2018 à la Maison d'arrêt et de correction des armées (Maca) pour son implication présumée dans un complot visant à renverser le pouvoir en place. Le colonel Barry, ancien ministre de la Sécurité, rejoint ainsi le général Gilbert Diendéré qui avait été incarcéré à la Maca sous la Transition.

Depuis l'interpellation du colonel Auguste Barry le vendredi 29 décembre dernier, rien ne filtre véritablement au niveau de l'enquête sur cette affaire de «tentative de déstabilisation» du pays. Plusieurs personnes ont été entendues par la gendarmerie.

Le colonel Serge Alain Ouedraogo, ex-chef d'état-major adjoint de la gendarmerie a été auditionné et est rentré chez lui après son audition. Le Centre d'études stratégiques en défense et sécurité du colonel Barry a été perquisitionné.

Auguste Denise Barry rejoint ainsi le général Gilbert Diendéré, arrêté puis incarcéré à la Maca depuis le 1er octobre 2015 pour son implication présumé dans le putsch manqué de septembre 2015.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé