Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

POLITIQUE

L’ancien ministre en charge de la Sécurité sous la Transition, le colonel Auguste Denise Barry, a été interpellé vendredi à Ouagadougou par la gendarmerie qui le soupçonne de «tentative de déstabilisation» du régime de Roch Marc Christian Kaboré.

Au sortir du conseil des ministres qui se tenait ce samedi 30 décembre 2017, le porte-parole du gouvernement, Remis Dandjinou, a confirmé l’information, tout en se montrant peu loquace sur les raisons précises de cette arrestation. «Le ministre de la Sécurité nous a effectivement informé d’enquêtes qui sont en cours, qui impliquent dans ces enquêtes M. Auguste Denise Barry», s’est-il contenté de dire, ajoutant que, pour le reste, les enquêtes se poursuivent. 

«Il y a une partie administrative dans l’enquête. Il y aura peut-être une partie judiciaire. Nous avons juste été informés de cette situation d’enquête. Pour reste, acceptez avec que ce qui a été dit dans le cadre du conseil, reste dans le cadre du conseil», a dit M. Dandjinou.

Cependant, une source au sein des services de renseignement burkinabè interrogée par Jeune Afrique précise que le colonel Barry était dans le viseur depuis un certain temps. «On le soupçonnait de visées subversives. J’espère que cette fois-ci nous disposerons d’éléments probants contre lui», indique cette source.

Officier supérieur de l’armée burkinabè, Auguste Denise Barry a occupé de hautes fonctions civiles et militaires: ministre de la Sécurité en 2011, ministre d’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité en 2014-2015, conseiller technique du ministre de la Défense nationale…

En 2016, il crée le Centre d’études stratégiques en défense et sécurité. Ce centre a organisé en septembre dernier un colloque et s’activait à publier un rapport sur le terrorisme au Burkina Faso.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé