Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

POLITIQUE

13 décembre 1998-13 décembre 2017, cela fait 19 ans aujourd’hui que le peuple burkinabè attend toujours la vérité sur l’assassinant du journaliste d’investigation Norbert Zongo alias Henri Sebgo et ses compagnons d’infortune. Ce mercredi 13 décembre 2017 à Ouagadougou, les militants de la CCVC et le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) ont battu le pavé pour réclamer justice et vérité sur ce dossier.

Partis de la place de la Nation, en passant par le rond-point des nations unies et la Cathédrale de Ouagadougou, les marcheurs ont rallié leur point de départ pour commémorer ce triste anniversaire. Pour Chrysogone Zougmoré, président du CODMPP, en 1999 une commission d’enquête indépendante avait été mise en place. Cette commission, aux dires de M. Zougmoré, avait investiguée et épinglé des «suspects sérieux» qui venaient tous du défunt Régiment de sécurité présidentielle.

Pour lui donc, les «choses étaient suffisamment claires et si jusqu’à présent justice n’a pas été faite, c’est que quelque part, il y a des gens qui se reprochent quelque chose». Aujourd’hui, poursuit-il, «nous constatons que quand bien même que Blaise Compaoré soit chassé du pouvoir, le dossier traine toujours. Ce qui veut dire que le système Compaoré est toujours bien ancré et c’est ce système qu’il faut travailler à déboulonner en matière de lutte contre l’impunité et les crimes économiques impunis».

Le président du CODMPP pointe aussi un doigt accusateur sur le pouvoir actuel. «Ceux-là qui sont aujourd’hui au pouvoir ont cheminé pratiquement 30 ans durant avec Blaise Compaoré et si les choses n’avancent pas, c’est qu’il y a des complicités qui ne disent pas leur nom aujourd’hui», a-t-il souligné, tout en affirmant leur détermination pour l’aboutissement de la vérité. «Nous ne sommes pas dupes. Bien que le dossier avance, nous restons vigilants et surtout déterminés à faire en sorte que les pistes puissent enfin aboutir», a dit M. Zougmoré.

Geneviève Zongo, l’épouse de Norbert Zongo, a encouragé les marcheurs. Elle dit attendre l’extradition de François Compaoré. «Cela me fais plaisir de voir toute cette mobilisation car, depuis 19 ans, les gens n’ont pas baissé les bras. Nous attendons de voir si François Compaoré sera extradé vers le Burkina afin que la justice fasse son travail car nous avons en tout cas foi en Dieu. Nous remettons tout à Dieu et je pense qu’avec la volonté de Dieu la justice sera faite», s’est-elle prononcée.

Dans le cadre de cette commémoration, les responsables du CODMPP et de la CCVC ont procédé, plutôt dans cette matinée, à un dépôt de gerbes de fleurs sur les tombes de Norbert Zongo et de ses compagnons. Un hommage a été également rendu aux martyrs de l’insurrection populaire d’octobre 2014.

Pour rappel, Norbert Zongo et ses compagnons ont trouvé la mort le 13 décembre 1998 sur la route de Sapouy.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé